Modifications du site
avant 2013

  Page d'accueil

Décembre 2012

En attendant de modifier les pages sur les moissonneurs migrants, mise en ligne de documents sur les réquisitions de moissonneurs dans l'Aube pour venir travailler en Brie (documents transmis par M. Martinet que je remercie encore).

Réquisition de moissonneurs dans l'Aube

D'une autre correspondante (Mme Ben Amor Reneaud, que je remercie de même), une liste de prisonniers de guerre 1792/1816 dans le Gâtinais et l'Yonne (dernière mise à jour, 4 décembre) :

Soldats étrangers dans le Gâtinais 1792/1816

Parution du hors série '" de la Revue française de généalogie Internet et généalogie" où ce site figure pour la sixième année.

7 décembre après quelques semaines à digérer puis exploiter les nouveaux documents sur les moissonneurs et les prisonniers de guerre, mise en ligne des sept pages modifiées du dossier sur les moissonneurs migrants, sans compter les pages de doc et de bibliographie.

Première page du dossier "soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les moissonneurs migrants"

18 décembre Comme je ne pense pas avoir le temps de rédiger des pages spéciales sur le curé Ozouf et sa famille, je me contente de mettre en ligne des documents sur une petite poignée de personnes originaires de la Manche, à plus de quatre cents kilomètres de leur lieu d'origine, dont le curé et sa famille. Hasard, relations ?

Page de documents "originaires de la Manche"

Les voituriers thiérachiens attendront encore un petit peu, heureusement que j'avais pu avancer un peu dans la rédaction en septembre, loin d'Internet. Pour patienter: trois nouveaux voituriers originaires de Momignies découverts entre la forêt et l'Ourcq, à Rozet Saint Albin. Mise à jour des pages "Traces des voituriers" et mise en ligne d'une carte sur Google Maps que je ne comptais mettre en ligne qu'en même temps que le chapitre sur les Galvachers.

Traces des voituriers, les actes
Traces des voituriers, résumé
Carte de localisation des voituriers, galvachers, ports au bois...

 

Novembre 2012

Les Archives Départementales venant de mettre en ligne le cadastre napoléonien, j'ai pu feuilleter celui des nombreuses communes autour de la forêt de Villefermoy dont je n'avais pas consulté les originaux; d'où découverte de nombreux chemins portant un nom révélateur: chemin des Tirachiens que je connaissais déjà par le cadastre original du Châtelet en Brie, chemin des Boeuftiers qui se prolonge de la Chapelle Gauthier jusqu'au Châtelet en passant par les Ecrennes, deux chemins du Port, un chemin de Villeneuve les Bordes au Port de Barbeau et un chemin de la forêt au Port de Courbeton qui se retrouve dans plusieurs communes au sud de la forêt de Villefermoy.
Certains chemins ont conservé leur nom à la fin du XIX° siècle comme le montrent les monographies de 1889.
En attendant de mettre à jour la 12° page du dossier:"Quel port?", je mets en ligne les sources d'archives permettant de retrouver la trace de ces chemins oubliés. (A part le chemin des Tirachiens, mis en valeur par la Société d'Histoire du Châtelet en Brie).

les chemins de la forêt aux ports sur la Seine retrouvés dans les documents d'archives
Se promener sur les Chemins des Tirachiens grâce à la Randofiche de la SHCB (Pdf)

Réécriture de la 12° page du dossier sur les voituriers thiérachiens, maintes fois remaniée, pour tenir compte des découvertes ci-dessus.

Lien vers la page "Quel port?"

 

Octobre 2012

Après correspondance avec Henri Claude Martinet, auteur de quatre articles très détaillés sur les déserteurs et prisonniers de guerre dans l'Aube et la Marne, hypothèse que la forêt de la Fourtière, Aube, fréquentée par les voituriers en 1816 et 1824 pourrait être la Forestière, Marne. Ajout d'un petit paragraphe sur la page "la vie retrouvée des voituriers thiérachiens n° 15: dans les forêts d'Ile de France.

Dans les forêts d'Ile de France /1
Lien vers les quatre articles "La Révolution française et ses étrangers"

Pris par mon élan, je mets en ligne la liste des documents relatifs aux déserteurs et prisonniers de guerre de la Révolution conservés aux Archives départementales de Seine et Marne.

Déserteurs et prisonniers aux AD77

 

Juillet août 2012

Mise en sommeil des recherches pour cause de gros travaux à la maison. Une petite modification d'illustration pour les prisonniers de guerre à la 6° page du dossier sur les moissonneurs.

Les moissonneurs / 6 / faux, faucille ou sape ?

 

Juin 2012

Reprise de la généalogie d'une famille de voituriers, les Nival, car j'avais fait du gloubi boulga au niveau de la descendance de Thomas Joseph Nival. Rectification de la page "traces des voituriers, famille Nival", de l'arbre généalogique de la famille, mais j'attends, avant de reprendre le fichier sous Hérédis, l'avis des descendants Nival.
Correction des fichiers le 14 juin, fichier Hérédis à reprendre.

Traces des voituriers, famille Nival
Arbre généalogique de la famille Nival

En parcourant les registres d'Echouboulains sur les traces de la famille Nival, découverte de deux nouveaux Polonais établis en Brie au début du XIX° siècle: Troucheko & Konské

Traces des Polonais et Bohémiens en Brie, fin XVIII°, début XIX°

Modification de la page de résumé de "Traces des voituriers": brève notice, à la place d'un tableau, pour chaque voiturier afin de résumer plus de deux cents pages papier de ce fichier devenu obèse.

Traces des voituriers, résumé

Avant de me lancer dans la rédaction de la page sur les mariages des voituriers thiérachiens en Brie, j'ai voulu relire le dossier sur leurs traces, où je finissais par me perdre, d'où le résumé ci-dessus et évaluer les "dots" révélées par les contrats de mariage, en les comparant à celles des autres mariés. Pour ceci, j'ai extrait les actes concernant la Chapelle Rablais des registres des contrats de mariage des notaires de Nangis AD77 5 Mi 4290 & 5 Mi 4291 couvrant la période 1789/1811 et les ai mis en relation avec les actes d'état civil de la commune de la Chapelle Rablais, et de Nangis pour la période du 1° vendémiaire an VII au 7 thermidor an VIII, où les mariages devaient avoir lieu au chef lieu de canton.

Doc: mariages à la Chapelle Rablais 1789/1811

 

Mai 2012

Une page de documentation sur les voituriers de Mortcerf et des forêts de Crécy et Malvoisine: des actes notariés du début de la Révolution française ont montré des relations entre les voituriers de la forêt de Villefermoy et d'autres voituriers à Mortcerf. Effectivement, on trouve de nombreux voituriers, charbonniers et autres travailleurs de la forêt, et moins de manouvriers que d'habitude: charbon de bois, chaux, bois pour Paris... et d'autres Tirachiens qui ont laissé des traces dans la région.

Doc: voituriers de la forêt de Crécy et Malvoisine

 

Fin avril 2012

Vingtième page du dossier sur les voituriers : plaintes contre les insaisissables voituriers, l'une des raisons qui ont fait qu'ils ont choisi de se fixer en Brie. Inventaires d'une petite maison de célibataire tirachien, d'une famille de voituriers et d'une ferme des Montils possédée par un riche bourgeois. Modes de vie reflétant des époques différentes.

Lien vers la page "du nomade au résident"

 

Avril 2012

Outil de recherche dans ce site en utilisant le moteur de recherche Google, restreint à ce seul site. Pour retrouver un nom, un document, une image... Le besoin s'en faisait sentir, ne serait-ce que pour que je m'y retrouve: à l'heure actuelle, le site comporte 253 pages et 1378 images, sans compter les pages de généalogie éditées par le logiciel Hérédis.

lien sur Google: moteur de recherche sur ce site

Une photo de la Croix des Billeurs à Melun, quai Joffre : "La croix des "billeurs" pilotes-mariniers à Melun doit son nom à l'importante corporation qui guidaient les bateaux. Voies navigables de première importance, la Seine permet le transport des personnes et des marchandises, et Melun, comme Paris, eut ses "nautes" de tout temps. Assurant le passage des troncs (billes, du breton bill=tronc) nos mariniers devinrent mariniers-billeurs. Ils prenaient à charge les bateaux "avalant" ou "montant" le fleuve pour les faire passer sans heurt sous l'arche marinière du moulin du Pont-aux-Moulins." site Culture.fr
Photo de la croix: Lucien Varlet, voir son site Trois Moulins et ses environs

la Croix des Billeurs à la page "Quel port sur la Seine?"

En préparation: la vingtième page sur la vie retrouvée des Tirachiens.

10 avril: refonte de la base de données sur les Thiérachiens qui devenait trop lourde pour tenir sur une seule page internet; répartie en une dizaine de pages, elle est plus légère à gérer, bien que sa version papier dépasse allègrement la centaine de pages. Toutes les données n'ont pas été retranscrites, certaines personnes n'ayant pas eu un rôle marquant n'ont pas droit à leur fiche, il faudra utiliser le moteur de recherche pour retrouver leurs traces dans ce site.

nouvelle page: traces des voituriers

Deux nouveaux voituriers découverts dans les registres de la Chapelle Gauthier: Jean Des Noyers et Antoine Tremblay; les découvrir à "traces des voituriers", ci dessus. Une nouvelle piste à creuser: les charbonniers venus de Chailley, Venizy... proche de Saint Florentin, réputé pour son charbon de bois; à rapprocher des forains, marchands de bagues de Saint Hubert originaires des même villages.

Mars 2012

Fin mars: publication de la dix neuvième page sur la vie retrouvée des Thiérachiens: conditions de vie des premiers arrivants: "camping à la ferme et chambres d'hôtes". Plus une page de documents sur le logement des premiers Thiérachiens et des liens vers les actes de succession du voiturier Nicolas Joseph Pupin.

Lien vers la page "camping à la ferme et chambres d'hôtes"
Doc: logement des premiers Thiérachiens

Exploitation d'une liasse de documents des Archives départementales concernant les voituriers de la forêt de Fontainebleau qui voituraient jusqu'aux ports des bois "courbes" destinés à la construction de "chaloupes canonnières". Loin de moi l'idée d'enchaîner sur la construction navale, je ne cite ces documents que pour signaler de nouveaux ports au bois sur la Seine. Liste des 39 ports sur la Seine en 1874, en traversant notre département, tirée des travaux du Groupement de Recherches Archéologiques Subaquatiques.

Lien vers la page "Quel port?"
Doc: les ports sur la Seine

En survolant les registres de Mortcerf pour trouver des voituriers thiérachiens (la pêche fut bonne, merci), j'ai relevé un acte montrant un tailleur abandonnant son métier le temps de la moisson; ça ne lui a pas porté chance, il en est mort. J'ai donc ajouté cet exemple à la fin du premier chapitre sur les moissonneurs.
Le tailleur moissonneur était originaire de Lorraine, très probablement itinérant; il mourut chez un cordonnier de Mortcerf, lui aussi lorrain. Voir le chapitre sur les cordonniers et rémouleurs migrants de Lorraine.

Page 1 du chapitre sur les moissonneurs migrants en Brie
Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine

 

Février 2012

Mise à jour des listes de voituriers, conséquence de découvertes: nouveau "nid" probable de Tirachiens autour de Mortcerf; voituriers en bois courbes destinés à la construction navale de la forêt de Fontainebleau et nouvelle version du dossier sur les galvachers et les Thiérachiens découverts en Champagne (voir le site de Quarré les Tombes, grand merci au chercheur qui me les a communiqués).
La très lourde page "traces des voituriers", près de 180 pages papier doit encore être mise à jour.

 Liste des voituriers, résumé
 Liste des noms: voituriers et métiers annexes, famille, témoins...
 Lieux fréquentés par les voituriers


L'enquête sur Adélaïde Coutant qui en 1838 demanda un passeport pour aller seule en Belgique, dans la page "femmes sur les chemins" se terminait sur la promesse d'une page croustillante sur les châtelains des Moyeux entre 1865 et 1870, histoire de faire grimper en flèche la fréquentation de ce site trop sérieux. Voici qui est fait:
Comment à force de repasser le linge de Louis Napoléon Bonaparte, prisonnier pour complot, Eléonore devint châtelaine des Moyeux et épouse du frère de lait de l'Empereur. Complété par une description des Moyeux et une liste du personnel du château au temps d'Eléonore et Pierre Bure.

 Aller à la page: femmes sur les chemins
 Eleonore Vergeot, châtelaine des Moyeux
 Description des Moyeux au début du XX° siècle
 Le personnel des Moyeux en 1866

 

Janvier 2012
Dernière page du dossier consacré aux migrations liées à la moisson: après la moisson, le battage au fléau où se révèlent des migrants inattendus: des Polonais et Bohémiens, anciens prisonniers des guerres de la Révolution française, qui se sont fixés dans notre région. Mise en forme de la bliliographie et liens internes.

Les moissonneurs / 7 / batteurs en grange
Les moissonneurs : bibliographie

Nouvelle citation le 27 janvier 2012, dans la Gazette Web , blog du site Histoire Généalogie. Rubrique: sur la toile:
"L'auteur du remarquable site d'histoire locale consacré à la Chapelle Rablais nous propose un dossier sur les moissonneurs migrants en Brie retrouvés dans les archives. Certains sont originaires des régions viticoles voisines, ou de l'Yonne, ou du Nord pour les "sapeurs", professionnels de la moisson.
L'auteur y expose aussi le sort des prisonniers de guerre de la Révolution française, originaires de Pologne ou de Bohême qui ont été réquisitionnés pour les moissons, ou qui se sont fixés dans la régions, devenant souvent batteurs en grange."

voir la page "Citations dans la presse"

28 janvier: mise en ligne de la nouvelle version de la page "femmes sur les chemins" avec une enquête sur Adélaïde Coutant qui en 1838 demanda un passeport pour aller seule en Belgique. Où l'on croise des gardes forestiers et des maçons de la Creuse. La version précédente datait de décembre 2006.

 Aller à la page: femmes sur les chemins
 Documents:traces d'Adélaïde Coutant et sa famille

 

Décembre 2011
Modification des pages sur les cordonniers de Lorraine; découvertes locales: pécisions sur la famille Mitaine à Montigny et découvertes lorraines: graffitis de chaussures dans une église transmises grâce aux groupes Yahoo et monographies que je gardais en réserve.

Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine / 1
Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine / 2

 

Novembre 2011
Après un été au grand air, l'automne me remet devant l'ordinateur. Une nouvelle page sur les moissonneurs, traitant des mérites comparés de la faucille, de la faux et de la sape flamande. Apparition des prisonniers des guerres de la Révolution française qui seront au centre de la page suivante.
Les recherches sur les Tirachiens se poursuivent: je réunis de la doc sur leurs homologues originaires du Morvan, les Galvachers, et les rapports qui pouvaient exister entre eux; toute aide sera bienvenue...

Les moissonneurs / 6 / faux, faucille ou sape ?

Retouche de la troisième page sur les moissonneurs: illustration des Très riches heures du duc de Berry sur la moisson montrant la technique du volant.

Les moissonneurs /3/ soyeurs et calvaniers

 

Juillet 2011
La recherche documentaire ayant été particulièrement fructueuse, j'ai été obligé de partager en trois la page sur les Tirachiens dans les forêts d'Ile de France. Refonte de la première page et publication de la seconde, en attendant celle sur les rapports entre les voituriers de la Thiérache et les galvachers du Morvan.

Dans les forêts d'Ile de France /1
Dans les forêts d'Ile de France /2

Nouvelle mise à jour de la seconde page sur les voituriers découverts dans les forêts d'Ile de France: un autre Luxembourgeois révélé à Favières, forêt de Crécy, victime d'un crime de "chauffeurs" à la fin du XVIII° siècle.
Je ne sais trop pourquoi j'avais laissé de côté des documents engrangés depuis bien longtemps: les Luxembourgeois de Montargis et de la forêt de Crécy, par exemple: la page sur le crime des "chauffeurs" figure sur le site depuis novembre 2010...

Un complément sur les cordonniers, si la plupart semblent venir de Lorraine, trace de deux voyageurs: l'un qui s'est trouvé dans le Doubs pour la naissance de sa fille, au milieu du XVII°s, et l'autre, natif de Bohême, soldat autrichien, prisonnier des guerres révolutionnaires qui souhaite se fixer au Châtelet en Brie. En conclusion du court chapitre sur les cordonniers de Lorraine.

Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine / 1
Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine / 2

 

Juin 2011
Recherche documentaire sur les Tirachiens grâce à la découverte de nouveaux "nids". Le temps d'exploiter tout ça...

Un ajout à la cinquième page sur les moissonneurs, concernant la consommation d'une famille de manouvriers relevée par Vauban et l'estimation de la part reçue par les moissonneurs payés en nature.

Page 5: la paye des moissonneurs

 

Mai 2011
Mise à jour des fichiers sur les voituriers: noms, localisation... Voir la page des choix des documents.

Les documents, page des choix

Un petit paragraphe sur le nom "Badoulet"

Page "la vie retrouvée des Tirachiens"

Fin XVIII°, début XIX° siècle, les actes d'Etat civil révèlent des hommes originaires des pays de l'Europe de l'Est, à la Chapelle Rablais et dans les villages proches. Pour certains, il est spécifié qu'ils étaient prisonniers de guerre avant de choisir de se fixer en France. Plusieurs sont batteurs en grange. En attendant d'avoir bouclé le dossier sur la présence insolite de Bohémiens et Polonais au coeur de la Brie, leurs traces dans les archives; on les retrouvera dans le dossier consacré aux migrants pour les moissons.

Traces des prisonniers des guerres révolutionnaires

Cinquième page du dossier sur les moissonneurs saisonniers: quelques éléments pour évaluer leur salaire

Page 5: la paye des moissonneurs

Pour illustrer le dossier sur les moissonneurs, une page sur les dîmes qui montre les relations tendues entre le curé Huvier et le seigneur Charles la Brière des Moyeux .au milieu du XVIII° siècle.

Doc: les dîmes

 

Avril 2011
Quatrième page du chapitre consacré aux moissonneurs migrants: piqueurs et soyeurs, les moissonneurs à la faux, bien plus rares qu'on ne le pense. Compléments à la troisième page, concernant les dîmes prélévées sur la moisson par le curé.

Page 4" piqueurs et sapeurs "
Page 3 " soyeurs et calvaniers "

Tranmis par mail: découverte d'un frère Badoulet, voiturier proche de la forêt domaniale de Saint Gobain, dans l'Aisne. Un nouveau "nid" de voituriers?

doc: traces des voituriers

14 avril: modification de la page sur les voituriers par terre retrouvés dans les forêts d'Ile de France, complétée par les liens entre les voituriers de la forêt de Compiègne et ceux de Villefermoy. Le 18 avril: nouveaux voituriers de la forêt de Compiègne et ajout de voituriers "luxembourgois" de la forêt de Montargis découverts dans le journal d'un chirurgien- marchand de bois. Je les gardais en réserve pour une page sur les salaires, mais ils ont aussi leur place ici.

Lien vers la page: Dans les forêts d'Ile de France

29 avril: mise à jour de la base de données sur les Thiérachiens, leurs familles, mais aussi tous les individus découverts au fil des recherches sur les voituriers.

Liste des noms découverts dans les actes
Traces des voituriers, les documents
Traces des voituriers, résumé


Mars 2011
Episode de recherches sur les prisonniers de guerres de la Révolution française. Cela semble bien loin des préoccupations d'un petit village de la Brie à la fin du XVIII° siècle? Il n'en est rien, car plusieurs de ces prisonniers enrôlés dans les armées autrichiennes, plus particulièrement originaires de Bohême et de Pologne, ont choisi de se fixer en France. On en retrouve la trace à la Chapelle Rablais et alentour.

Quelques rectifications dans le chapitre sur les moissonneurs dont je rédige la quatrième page, des coupes, aussi puisque je compte développer plus longuement certains aspects.

Mise à jour de la 3° page: "soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les soyeurs"

 

Février 2011
Troisième page sur les saisonniers venus de contrées proches ou plus lointaines pour faire les moissons en Brie. Après une première page sur les saisonniers de Brie, une seconde sur les migrants d'autres régions, la troisième page s'intéresse à la technique de moisson la plus répandue au temps de Napoléon: le soyage, autrement dit, la moisson à la faucille que pratiquaient, entre autres, les vignerons de Champagne, de l'Yonne, de l'Aube et les montagnards du Morvan.

Page 3"soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les soyeurs"

Mise en ligne de textes sur les moissonneurs à retrouver à la page "documents"

Page "choix des documents"

 

Janvier 2011
Compléments sur les ports au bois de Paris: carte interactive à partir d'extraits du plan de Turgot (1734)
Retouches de la première page sur les moissonneurs, le plan global ayant été modifié. Dans cette page, je ne parle (presque) que des moissonneurs locaux avant de continuer sur les migrants. Rédaction de la deuxième page sur les moissonneurs. A suivre...

Page "le bois sur la Seine"
Page 1 "soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les moissonneurs de Brie"
Page 2 "soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les moissonneurs migrants"

 

Décembre 2010 et janvier 2011
Modification radicale de la navigation dans le site pour mettre en avant les migrants, plutôt que la partie un peu technique et rébarbative "qu'est-ce qu'un passeport?" D'où changement de la page d'accueil et de la page des choix pour le chapitre passeports.
Début d'un nouveau chapitre sur les moissonneurs. La première page en est rédigée.

Page "soyeurs, sapeurs, piqueurs et autres calvarniers, les moissonneurs migrants"

 

Décembre 2010
Enquête sur les migrations saisonnières de 1809: les communes de Seine et Marne ont répondu en février 1809 à un questionnaire portant sur les migrations de main d'oeuvre. On y découvre les milliers de saisonniers qui venaient chercher en Brie l'ouvrage qu'ils ne trouvaient pas chez eux. Nous les retrouverons dans les différents chapitres de ce site. A l'exposition "histoires d'ici, mémoires d'ailleurs" au Musée des Pays de Seine et Marne, cette enquête de 1809 est illustrée par l'exemple local: les migrants de la Chapelle Rablais.

L'enquête sur les travailleurs saisonniers de 1809
Présentation de l'exposition du Musée des Pays de Seine et Marne

 

Novembre 2010

Rédaction d'une seconde page sur les cordonniers lorrains en Brie qui se révèlent plus nombreux qu'on ne l'imaginait et mise à jour de la page "Traces des Lorrains".

Lien vers la page: Cordonniers de Lorraine / 2
Les documents: Traces de Lorrains

En cherchant des renseignements sur les sabotiers migrants, je suis tombé sur un fait divers tragique qui s'est déroulé à Favières, près de la forêt de Crécy. Je n'ai pas l'ambition de recenser tous les documents d'archives briards, mais celui- ci se rattache aux recherches que j'effectue sur les migrants: sur les six victimes, trois ont un rapport avec mon étude: le charretier, originaire du Luxembourg, peut être rapproché des voituriers thiérachiens auxquels je consacre un épais dossier; la servante est fille d'une Nival, sur lesquels je me suis aussi penché; et le cordonnier ambulant, qui a eu le malheur de choisir cette ferme pour y passer la nuit, fait partie des cordonniers de la Meuse, qui ont droit à une page sur ce site.

Lien vers la page "les chauffeurs de pâturons"

Compléments sur l'itinéraire des voituriers thiérachiens trouvés dans "Notice historique sur le Châtelet en Brie" du père Péricart, 1938, réédité par la société d'Histoire du Châtelet.

Lien vers la page "Quel port?"

Modeste participation à la documentation de l'exposition l’immigration seine-et-marnaise aux XIXe et XXe siècles au Musée départemental des Pays de Seine-et-Marne, du 7 novembre 2010 au 28 août 2011. (Cliquez sur la vignette)

Novembre 2010
Mise à jour de la documentation sur les Lorrains.

Les documents: Traces de Lorrains

Septembre/octobre 2010
Retour à "la vie retrouvée des voituriers tirachiens" après plus de six mois d'infidélité à ces migrants, pour cause de recherches sur les Lorrains et sur les forains de l'Yonne. Une nouvelle page sur les rapports qui pouvaient exister entre les migrants et les autochtones. (à nouveau mise à jour le 12 octobre)

  Lien vers la page "voituriers et paysans, nomades et sédentaires"
Lien vers la page "Traces des forains"
Lien vers la page: les migrants de Lorraine
Les documents: Traces de Lorrains

En prime, la liste des métiers à la Chapelle Rablais, relevés dans le recensement de 1836

  Lien vers la page "liste des métiers"

Et la mise à jour de la généalogie d'une famille de voituriers "tirachiens", les Nival

liens généalogiques de la famille Nival

Octobre 2010
Découverte d'une maquette de rémouleur au musée Carnavalet, d'où modification d'une illustration sur la page des Lorrains.

Lien vers la page: les migrants de Lorraine

 

Août 2010
Les Archives Départementales ont mis en ligne les recensements depuis 1836 jusqu'à 1906. Chaque fichier renferme toutes les données pour le canton entier , Nangis pour notre commune , soit plusieurs centaines de pages. Les communes sont classées dans l'ordre alphabétique, mais on trouvera la Chapelle Rablais aussi bien au C de Chapelle qu'au L de La Chapelle.
J'essaie ici de donner ici les numéros de pages auxquelles se trouvent les données, en espérant compléter peu à peu la liste, au fil de mes recherches ou des aides qui pourront m'être apportées.

  Lien vers la page des recensements

Mise à jour de la généalogie d'une famille de voituriers thiérachiens, les Nival. Les fiches de cent trente individus, 87 dans la première version, grâce aux données de mes correspondants (qu'ils soient encore remerciés ! ) et quelques recherches perso complémentaires.

Généalogie d'une famille de voituriers "Tirachiens"

Mai 2010
Tous les cinq ans, la fureur me prend de modifier le site. Cette fois-ci, modification de la page d'accueil qui ne permettait plus l'ajout de nouveaux chapitres, à cause de sa structure horizontale. La présentation met plus en relief le dossier principal de ce site, du moins celui qui semble intéresser les internautes n'habitant pas la Chapelle Rablais: les migrants révélés par la collection de passeports pour l'intérieur.

Lien vers l'ancienne page d'accueil
Lien vers la nouvelle page d'accueil

 

Début avril 2010
Une petite pause dans la rédaction du dossier sur les voituriers tirachiens pour revenir sur les forains venus s'établir aux Montils, hameau de la Chapelle Rablais, pour la plupart originaires des lisières de la forêt d'Othe. Ils étaient marchands de balais, de sangsues, de bagues de Saint Hubert, mendiants quelquefois... Des documents d'archives et un bref aperçu de leur vie.
Peut être prendrai-je un jour le temps de travailler à nouveau le chapitre sur le métier si curieux de marchand de bagues de Saint Hubert.

Lien vers la page "Traces des forains"

Avril 2010
Reprise de la page sur le groupe de Lorrains signalés en 1759 à la Chapelle Rablais, suite à la découverte de nouveaux documents et la révélation de quelques boulettes dans la première rédaction de cette enquête.

Lien vers la page: les migrants de Lorraine
Les documents: Traces de Lorrains

Complément d'information sur la cause de l'incarcération, puis de la mort en prison, du père d'une marchande de balais, bagues de Saint Hubert...

Lien vers la page "Forains de l'Yonne"

Début mars 2010
Une nouvelle page sur la vie retrouvée des Tirachiens: les relations des voituriers thiérachiens avec les autres travailleurs des bois: scieurs de long, bûcherons, charbonniers... et les artisans du cheval: maréchal ferrant, charron, bourrelier...
Une semaine seulement pour rédiger, illustrer et mettre en ligne cette nouvelle page. Je bats mes records d'escargot arthritique. Il faut dire que le plan et les documents étaient prêts. A quand la nouvelle page?
J'en ai profité pour numéroter les titres, de manière qu'un visiteur qui tombe par hasard sur une page au milieu du dossier sache qu'elle n'est isolée.

Lien vers la page: les métiers de la forêt

Mars 2010
Découverte du code qui permet d'afficher des info bulles lisibles sous Firefox comme sous Explorer: pour éviter de surcharger les pages avec des notes et des légendes, j'ai pris l'habitude de rédiger des notes qui apparaissent quand on passe la souris sur l'image. Hélas, elles n'étaient lisibles que sous Explorer mais pas dans les dérivés de Netscape. Avec cette modification, les info- bulles sont visibles dans Explorer, Firefox, Safari, Opéra.
Pour ceux que ça intéresse: je savais bien qu'il fallait utiliser l'instruction "title", mais la barre de propriétés de Dreamweaver ne la propose pas, on ne trouve que "name" que je confondais avec "title" et "alt" qui sert pour les info bulles d'Explorer (case "sec" de l'image dans Dreamweaver).
Il faut passer en fenêtre "création et code" et utiliser "rchercher remplacer" en remplaçant "alt=" par "title=", penser au signe = sinon ça remplace les "alt" contenus dans le texte par des "title", ce qui n'est évidemment arrivé: altesse est devenu titleesse.

Exemple ci dessous, lire la ligne de code:
name= id="nom_image
alt=ne sert plus
title="info bulle"

 

Fin février 2010
Une nouvelle page sur la vie retrouvée des Tirachiens: Entre les déplacements des voituriers de Villefermoy vers d'autres forêts de la région et la découverte d'un autre "nid" de Tirachiens sur la Côte d'Ile de France, un réseau de liens se tisse...

Lien vers la page: Dans les forêts d'Ile de France

 

Février 2010
J'avance doucement: entre deux et trois mois pour une nouvelle page de la vie retrouvée des Tirachiens: "Du Hainaut à la Brie" : du travail saisonnier à la migration de quelques familles: exemple d'une migration vers la Louisiane. Les frontières fluctuantes du Hainaut, migration / immigration, relations familiales entre voituriers thiérachiens etc..
Il faut dire que j'ai longuement mis à jour les documents sur les Tirachiens. Par exemple: base généalogique sur l'une des familles les plus prolifiques en voituriers, avec laquelle je n'ai aucun lien particulier: la famille Nival.

Lien vers la page: Du Hainaut à la Brie
Généalogie d'une famille de voituriers "Tirachiens"

Février 2010
Texte intégral de la sentence du 23 août 1753 qui maintient les voituriers dans l'usage du pacage. Nouvelle incursion aux Archives départementales pour fouiller dans les jugements de simple police de la ville de Nangis. En première page du registre de 1791, mention des troubles alimentaires qui complètent le texte d'Arthur Young qui a assisté aux émeutes de 1789 à Nangis.
Découverte de procès verbaux pour divagation de boeufs ou de chevaux dans les bois taillis par des voituriers, d'où compléments à la page "Trace des voituriers", voir Tissot et Trahaut. Quelques compléments sur les voituriers des lisières de la Marne, voir Halbardier, Tocq, Gorget.

Texte intégral de la sentence qui maintient les voituriers dans l'usage du pacage
 Documents originaux sur les troubles à Nangis
Lien vers la page: Trace des Voituriers

Janvier 2010
Mise à jour de la très longue page "trace des voituriers" et de son résumé, après vérifications, nouvelles découvertes et correspondances par Internet.
Nouvelle mise à jour le 26 janvier.

Lien vers la page: Trace des Voituriers
Lien vers la page de résumé
Téléchargement du fichier de résumé, format CSV, séparateur: tabulation

Janvier 2010
Quelques compléments sur les charbonniers qui, comme les marchandes de bagues de Saint Hubert semblent provenir des lisières de la forêt d'Othe.

Lien vers la page: Les Fourrey, charbonniers et forains

 

Décembre 2009
Après avoir longuement planché sur le plan de la dernière partie du dossier sur les voituriers, voici la nouvelle première page de ce troisième volet: la vie retrouvée des Tirachiens. Sujet de cette page d'introduction: les limites de la recherche, les documents utilisés avec leurs liens; traces des premiers voituriers autour de la forêt de Villefermoy. Les mariages qui étaient évoqués dans la version précédente se retrouvent quelques pages (à venir) plus loin.

Lien vers la page: la vie retrouvée des Tirachiens, documents, premières traces.

Décembre 2009
Découverte d'une "mare des boeuftiers" sur le territoire de Fontaine le Port, destination des voituriers par terre thiérachiens, appelés boeuftiers dans leur pays d'origine. Modification de la carte et lien vers la fiche de randonnée éditée par la Société d'Histoire du Châtelet en Brie.

Lien vers la page: quel port?

 

Novembre 2009
Traces des voituriers / résumé: une petite base de données créée pour s'y retrouver un peu dans tous les personnages qui gravitent autour des voituriers thiérachiens: voituriers tirachiens ou non, épouses, témoins, marchands de bois, gardes ventes et autres forestiers. Possibilité de télécharger le fichier.

Lien vers la page: liste des voituriers

 

Octobre 2009
Importante mise à jour des documents sur les voituriers. Une vingtaine de pages papier supplémentaires (plus de quatre vingts en tout) et quelques nouveaux voituriers découverts; on arrive à 56 voituriers thiérachiens en rapport avec la forêt de Villefermoy.

Lien vers la page: traces des voituriers

Octobre 2009
Découverte du portait du Prince de Salm, promoteur peu inspiré du canal de Provins dans les années 1780 / 90.

  aller à la page: Provins, le canal inachevé, Salm, grandeur et décadence.

Octobre 2009
Importante mise à jour des documents sur les voituriers. Une vingtaine de pages papier supplémentaires et quelques nouveaux voituriers découverts.

Lien vers la page: trace des voituriers

 

Septembre 2009
Poursuite des recherches sur les voituriers tirachiens, pour essayer d'en retrouver la vie quotidienne. En l'absence d'autres documents, j'ai dépouillé à nouveau le micro film 5Mi2829 couvrant la période 1786 / 1806 pour rechercher les relations de migrants avec les autochtones: qui les invitait à être leur témoin de naissance ou de mariage? J'ai fait l'impasse sur les témoins de décès qui pouvaient n'être que des voisins. D'où il ressort que si les migrants s'invitaient entre eux, il fréquentaient aussi les bûcherons et les bergers, mais très peu les fermiers et autres gens de la terre, à l'exception d'un scieur de long, mais celui- ci était "maître écarisseur" et non simple tireur de scie.
J'en ai profité pour repérer les bûcherons qui étaient curieusement absent des recensements.
A venir: la suite de la vie retrouvée des Tirachiens.

Lien vers la page: liste des bûcherons

Les Archives Départementales de Seine et Marne ont mis en ligne de nombreux documents d'archives: tables de successions et absences, recensement de population, registres paroissiaux, état civil et tables décennales, cartes postales et plans d'intendance.
Pour l'état civil, il s'agit de la copie des micro films existants, donc de photographies noir et blanc d'originaux. Plutôt que de cliquer au hasard parmi les 562 pages du micro film couvrant la période 1786 / 1808, cote 5Mi2829, je propose cette table pour retrouver plus rapidement les années. Le même travail reste à faire pour les autres bobines numérisées...

Lien vers la page: table des actes numérisés

 

 

Juillet 2009
Au fil des lectures, découverte des "hubains", mendiants spécialisés dans les guérisons miraculeuses grâce à Saint Hubert. Reprise de quelques pages de ce chapitre pour y insérer les nouvelles informations et moderniser les pages qui avaient été conçues au temps de l'Internet poussif: très courtes avec des images rapides à charger; l'ADSL s'étant répandu, je n'hésite plus à créer des pages plus longues et plus chargées. Le format des pages adapté aux écrans d'alors 800x600 n'est pas modifié. Pour ceux qui n'y verraient plus que des pattes de mouches sur leurs écrans trop vastes, je conseille la fonction zoom des nouveaux navigateurs, qui fonctionne presque correctement, à part quelques chevauchements intempestifs.

Lien vers le dossier "les bagues de Saint Hubert"

Lien vers la page "le petit théâtre de Saint Hubert" et le texte sur les hubains

 

Juin 2009
Plan et liens du chapitre "bonus" , assez éloigné de l'histoire de la Chapelle Rablais: l'enquête sur le canal inachevé de Provins, menée dans le cadre du groupe "Patrimoine de l'eau" de l'Université Inter Ages de Melun. Quand les problèmes d'hébergement seront résolus, l'intégralité de ce site que j'avais mis en pages sera disponible sur le serveur de Melun.

Lien vers l'enquête sur le Canal inachevé de Provins.
Plan du chapitre sur le Canal de Provins

 

Avril 2009
Ouverture d'un nouveau -et dernier? - chapitre sur les Tirachiens: la vie retrouvée des Tirachiens en forêt de Villefermoy: conditions de travail, famille, maisons, relations... à partir des documents d'archives originaux: état civil, actes notariés et autres... Plusieurs pages sont prévues.

Lien vers la page "La vie retrouvée des Tirachiens"

Ps: loin de moi l'idée d'égaler Alain Corbin, je me contente de lui emprunter le titre d"un de ses livres.

 

Mars 2009
Mise à jour de la très longue page: traces des voituriers pour faire figurer les dernières découvertes.

  aller à la page: traces des voituriers

Janvier 2009
Quelques trouvailles permettent de développer une nouvelle page sur les Tirachiens: vers quel port sur la Seine menaient- ils bûches et bois de charpente issus de la forêt de Villefermoy? et modification de la page consacrée au trafic sur la Seine en amont de Paris. Modification de la page "complément d'enquête"

Lien vers la page "Quel port?"
Lien vers la page "trafic du bois sur la Seine"
Lien vers la page "Complément d'enquête"

Décembre 2008
Pour donner un petit coup de pouce aux généalogistes, car retrouver un ancêtre migrant n'est pas des plus aisés, j'ai résumé les actes authentiques qui révèlent la présence en Brie de nombreux voituriers originaires de la Thiérache belge. Des liens vers quelques extraits d'actes notariés révélateurs de leur mode de vie sont proposés, ainsi que des cartes montrant les lieux qu'ils fréquentaient.
A partir de ces documents et d'autres non encore publiés, je vais devoir reprendre en grande partie le dossier sur les voituriers en bois originaires de la Thiérache. Tant pis pour les scieurs de long de la Loire, les maçons de la Creuse, les nourrices et leurs Petits Paris, sans compter le curé Huvier. Ils devront encore patienter !

Lien vers la page "Traces des voituriers"
Index des documents qui détaille les actes notariés
Cartes des lieux fréquentés par les voituriers

Quelques modifications d'aspect pour s'adapter aux nouveaux écrans, trop lumineux; cependant, je conserve le format 800x600 et la limitation dans la taille des pages afin d'être lu sans contorsions ni ralentissement sur des ordinateurs plus anciens

Décembre 2008
Refonte de la page d'accueil pour un accès plus rapide aux dossiers tirés des passeports pour l'intérieur et début de la réécriture du dossier sur les voituriers de la Thiérache, pour inclure les nouvelles découvertes.

  aller à la page: les voituriers par terre

 

 

Novembre 2008
De nouvelles pages de documents

Publiée à Orléans en 1911, l'Histoire illustrée de Seine et Marne de Maurice Pignard Peguet livre, commune par commune des éléments historiques. La page 724 est consacrée à la Chapelle Rablais.

Histoire illustrée de Seine et Marne

Janvier 2008
Pour clore le chapitre sur les voituriers par terre, Thiérachiens fournisseurs de bois pour Paris, une petite page sur le département de Jemappes dont ils étaient originaires: bataille de Jemappes, général du Taillis; divisions administratives sous l'Ancien Régime , création des départements en 1790; création du département de Seine et Marne, les départements sous Napoléon I°...

Lien vers le département de Jemappes

 

Janvier 2008
Une page de cartes: sur trois calques du plan d 'assemblage du cadastre de 1832, figurent les lieux dits, et les villages et les hameaux disparus depuis le début du XIX° siècle.

Lien vers les cartes de lieux-dits, hameaux et villages.
Lien vers la page de choix des documents

Janvier 2008
Quatre nouvelles pages comme compléments à l'enquête sur les voituriers par terre des Ardennes belges. Il s'est révélé que ces Thiérachiens étaient aussi connus que les petits ramoneurs de Savoie ou les maçons limousins. Après quelques courriers, quelques rencontres et quelques recherches, voici les "Tirachiens" qui fréquentaient les forêts briardes, leurs charrois de bois jusqu'aux rivières, le flottage des bois, le trafic sur la Haute Seine...

Lien vers la suite du dossier sur les voituriers: les "Tirachiens"
Lien vers le début du dossier sur les voituriers par terre

 

Janvier 2008
Ajout, dans les documents de quatre pages de retranscription du livre de raison d'Antoine Fare Huvier, 1755/1836, neveu du curé de la Chapelle Rablais, qui a résumé dans son livre de raison les mémoires laissés par d'autres membres de sa famille, ainsi que l'inventaire de ses biens acquis ou transmis. J'ai résumé ces pages, en ne développant que celles qui pouvaient servir à mieux connaître le mode de vie des parents du curé Etienne Charles Fare Huvier dont j'espère, bientôt, exposer la vie retrouvée.
Ces pages peuvent intéresser les généalogistes de la région de Coulommiers, Saints, Saint Augustin, Boissy le Chatel ...

Lien vers la page de choix des documents

Janvier 2008
Modification de la page sur le travail des voituriers: le petit film qui était hébergé sur un serveur extérieur ne peut plus fonctionner comme avant. J'ai ajouté une photo et un texte un peu plus développé.

Aller à la page: Que voituraient les voituriers?

Janvier 2008
Mise à jour du plan du site, avec le nouveau chapitre sur les documents et la modification du dossier sur les voituriers par terre.

 

Décembre 2007
Depuis des années, j'accumule les documents dans l'intention de les utiliser au fil des pages de ce site. Au rythme où je vais, il me faudra quelques siècles avant d'avoir bouclé les projets en cours. Il me semble donc judicieux d'en publier quelques uns, sans prendre le temps de les mettre en forme. On trouvera dans cette section la monographie de l'instituteur en 1889, une retranscription de l'almanach de Seine et Marne 1909, celle du premier registre paroissial, 1752/1762, un texte du XVIII° siècle sur les conditions d'embauche d'un nouveau maître des petites écoles, le rôle des vassaux de Gautier Cornu en 1292, la liste des passeports pour l'intérieur conservés à a mairie de la Chapelle Rablais, celle des enfants morts en nourrice entre 1783 et 1805, la retranscription d'articles du Briard de 1892: notes sur la grnde propriété en Seine et Marne et plus particulièrement sur les terres du comte Greffuhle.
D'autres documents devraient suivre, pour compléter cet inventaire à la Prévert.

Lien vers la page de choix des documents

 

Juillet 2007
Il ne s'agit pas d'un nouveau chapitre, ou même d'une nouvelle page, les recherches sur le curé Huvier prennent tout le temps que je consacre au site; cependant, je suis tombé sur une carte tirée de "Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914" d'Abel Châtelain, Presses universitaires de Lille 1976, sur laquelle les zones de provenance des migrants au XIX° s (repassées en couleur) correspondent presqu' exactement à l'origine des migrants recensés à la Chapelle Rablais.
Comme il existe un village dont le vote reflète les choix électoraux de la France, peut être la petite collection de passeports que j'étudie reflète-t'elle la situation générale en France au début du XIX°?

Avril 2007
Je viens de terminer le plan du site qui commençait à devenir nécessaire, même pour moi. Pour chaque page, une vignette cliquable, copie partielle d'écran, et un bref descriptif. Le plan a été découpé en plusieurs pages pour que son affichage ne soit pas trop long avec une connexion classique, les vignettes augmentant le temps de chargement.

  Aller au plan du site


Avril 2007
Pour illustrer le chapitre sur les voituriers par terre que je soupçonne avoir travaillé au débardage des bois, une petite vidéo que j'ai tournée ce mois ci à quelques kilomètres de nos forêts, sur l'espace naturel sensible des Bordes Chalonges, commune de Bombon. A l'initative du Conseil Général, plutôt que d'employer des engins motorisés lourds, Joël Renaudin fait travailler ses deux juments: Hirondelle, Percheronne diligencière de douze ans, très expérimentée, jument de tête en labours et Princesse, Ardennaise bai foncé, de trois ans dont ce n'est que le troisième chantier. L'attelage peut utiliser un avant-train à roues, mais il était hors d'usage: la puissance des deux chevaux en avait déchiré le métal. Il faut dire que ces juments de 800 kilos sont capables d'arracher trois fois leur poids.
Dans quelques semaines, le chantier sera terminé. Peut être reverrons- nous cet attelage dans la région?

   lien vers le site du débardeur

Extrait de la page consacrée aux espaces naturels sensibles du Conseil Général 77 :
Les Bordes Chalonges (Bombon) Superficie : 65 hectares
Préservée au titre des Sites Naturels, la vallée du ru d'Ancoeur dispose d'un environnement architectural et historique exceptionnel. C'est dans cet environnement que se trouve l'ENS Les Bordes Chalonges, site présentant une grande diversité de milieux naturels. Des allées et sentiers balisés invitent à la découverte de la faune et de la flore.

  lien vers le site du CG 77

Une photo et une petite vidéo (très compressée par l'hébergeur) illustrent la septième page du dossier consacré aux voituriers par terre originaires des Ardennes belges.

  Aller à la page des voituriers- débardeurs
 Lire tout le dossier: les voituriers par terre

Avril 2007
Pour illustrer le chapitre sur les voituriers par terre que je soupçonne avoir travaillé au débardage des bois, une petite vidéo que j'ai tournée ce mois ci à quelques kilomètres de nos forêts, sur l'espace naturel sensible des Bordes Chalonges, commune de Bombon. A l'initative du Conseil Général, plutôt que d'employer des engins motorisés lourds, Joël Renaudin fait travailler ses deux juments: Hirondelle, Percheronne diligencière de douze ans, très expérimentée, jument de tête en labours et Princesse, Ardennaise bai foncé, de trois ans dont ce n'est que le troisième chantier. L'attelage peut utiliser un avant-train à roues, mais il était hors d'usage: la puissance des deux chevaux en avait déchiré le métal. Il faut dire que ces juments de 800 kilos sont capables d'arracher trois fois leur poids.
Dans quelques semaines, le chantier sera terminé. Peut être reverrons- nous cet attelage dans la région?

   lien vers le site du débardeur

Avril 2007
Une photo de la chapelle de Roablay, entre Saint Méry et Blandy pour illustrer la page sur les différents noms de la commune au travers des âges.

 Aller à la page: origines du nom

 

Mars 2007
Trop occupé par le site "Au fil de l'eau" que je mets en pages dans le cadre de l'Université Inter Âges de Melun, je n'ai pas fait avancer celui-ci. Cependant, les recherches sur les voituriers par terre ont été remarquées par le magazine Nos Ancêtres, vie et métiers dans leur n° 24, mars avril 2007 où, comme au Michelin, je gagne une étoile par rapport à la citation précédente: n° 17 , janvier février 2006.
Déjà cité dans nos colonnes pour son étude de marchands ambulants, Jean-Bernard Duval a aussi consacré une grande partie de son site aux voituriers par terre venus de la Thiérache belge pour s'installer dans son petit village, voyez la section appelée "Passeports pour l'intérieur". Il généralise le point de vue de façon tout à fait intéressante, rendant la consultation de ses pages à la fois passionnantes et attractives, grâce à une iconographie de qualité.
Ce n'est pas désagréable de lire ce genre de critique!

 Lien vers le site "Au fil de l'eau"
 Aller à la page des liens

 

Janvier 2007
Deux pages sur le département de Jemappes et les découpages administratifs sous l'Ancien Régime, en attendant la suite...

 Aller aux nouvelles pages

Janvier 2007
Sept pages sur des voituriers par terre venus des Ardennes belges se fixer dans notre commune, alors totalement dépourvue de routes. La suite du dossier, en préparation: le département de Jemappes et le département de Seine et Marne...

 Aller à la page: les voituriers par terre
 Travaux pratiques de curiosité à partir d'un passeport de voiturier

Janvier 2007
Quelques compléments à la première page du dossier sur les passeports: autres définitions, quand et pourquoi les passeports ont- ils été utilisés...

 Aller à la page: qu'est-ce qu'un passeport pour l'intérieur?

 

Décembre 2006
Publication d'une page sur les migrants originaires de la Lorraine et du pays d'Othe, grâce aux renseignements recueillis sur la famille d'un Lorrain au métier inconnu qui avait choisi de décéder à la Chapelle Rablais, entouré de cinq compagnons du même village.

 Aller à la page: migrants de Lorraine et de la forêt d'Othe

Décembre 2006
Un petit complément dans le chapitre "les femmes sur les chemins" sur une probable solidarité des migrants face à l'inertie (ou au rejet) des habitants da la paroisse.

 Aller à la page: femmes sur les chemins

 

Octobre 2006

Dans le dossier des passeports, après ...

  • qu'est-ce qu'un Passeport pour l'Intérieur ? Pourquoi, pour qui un passeport pour l'intérieur? les formalités, le talon et la feuille, tampons et filigranes, témoignages, liste des passeports conservés à la mairie de la Chapelle Rablais...
  • les tampons, traces des régimes politiques. Au XIX° siècle se succédèrent empire, royauté, république et révolutions. A chaque changement de régime correspond un formulaire..

... ouverture d'un nouveau chapitre:

  • Qui demandait un passeport? Voyageurs, itinérants, migrants: qui avait besoin de voyager? A la découverte des habitants de la Chapelle Rablais et de ceux qui s'y rendaient, voici deux cents ans... Deux thèmes sont déjà développés: femmes sur les chemins et les petits métiers, contenant l'étude sur les bagues de Saint Hubert et les colporteurs.... D'autres dossiers sont en préparation: les maçons de la Creuse, les scieurs de long de la Loire, les voituriers par terre des Ardennes belges etc...

  Aller au chapitre: les migrants
 Aller à la page: femmes sur les chemins
  Aller à la page: les bagues de Saint Hubert

Octobre 2006
En cherchant à localiser la destination d'un "voiturier par terre" se rendant dans la forêt de la Fourtière dans l'Aube, dont on trouve la trace dans le nom d'une ruelle à Ervy le Chatel, j'ai découvert le village d'Arces, dans l'Yonne, qui correspond beaucoup mieux qu'Arcy sur Cure au lieu de naissance d'Anne Sylvie Fourrey et de son frère Ambroise, d'autant plus que Joseph François Fourrey est né à Chailley; tous ces villages étant fort proches de la forêt d'Othe.

  D'où rectification de la page qui débute l'enquête sur les marchands de bagues de St Hubert

Octobre 2006
Corrigé un bug d'affichage des pages dans Firefox ou Netscape qui ne prenaient pas en compte deux polices alors que le problème n'existait pas pour Explorer ou Opéra. Internet est un monde plein de surprises où ce qu'on propose n'est pas toujours ce qui est vu sur les ordis distants.

 

Septembre 2006
En prologue à la découverte de la vie de la Chapelle Arablay, près Nangis au travers des écrits de son curé Etienne Charles Fare Huvier, la retranscription du premier volume des registres paroissiaux: 1752/1762, sous forme de fichiers détaillés à télécharger ou de petits arbres généalogiques pour les 962 individus qui ont laissé leur trace dans ce document d'archives.

 Voir le dossier: généalogie d'un village
 

 

Juillet 2006
Depuis sa mise à jour, ce site a été remarqué par des magazines et quelques portails Internet d'histoire locale ou de généalogie, ce qui m'encourage à continuer. Et, pour les curieux, les adresses des autres sites que j'ai mis en page.

  Voir la rubrique Liens


Janvier 2006
Quelques éléments de biographie de Just Charles César de Faÿ, comte de Latour Maubourg, propriétaire du château des Moyeux dans la première moitié du XIX° siècle accompagnés d'un appel à l'aide des internautes pour m'aider à identifier les portraits présumés des anciens châtelains.

  Voir la page "Au secours"


modifications récentes du site