page d'accueil

Trouver la Chapelle Rablais sur une carte du monde:
Nord 48° 30' 46"                               Est 2° 58' 63"

Qui, où, quand, comment?

Au fil des recherches, un thème s'est précisé: grâce à une collection de passeports pour l'intérieur du début XIX° conservée à la mairie de la Chapelle Rablais, je me suis lancé sur la trace des migrants qui s'y sont révélés.

J'ai choisi d'exposer ce qui m'a surpris, ce que je ne connaissais pas avant de m'y plonger. Je ne savais rien des Petits Paris, du département de Jemmappes, de la pêche aux sangsues, de la migration des maçons de la Creuse, du défrichement médiéval, de l'histoire des cloches, des marchands de bagues de St Hubert, des Tirachiens... avant de creuser un peu le sujet. J'essaie de présenter mes découvertes comme je les ai vécues, à la manière d'une enquête. Aucun dossier n'a la prétention de faire le tour du sujet, chacun n'exposant que ce que j'ai pu découvrir dans les archives locales.
Cela signifie aussi que je ne suis en rien spécialiste de ces sujets; je suis sûr que de nombreux visiteurs de ce site sont plus savants que moi sur ce sujet. Qu'ils n'hésitent pas à faire partager leurs connaissances!

Un peu de technique

La publication sur Internet a débuté voici quelques années, dans un temps lointain où l'ADSL n'existait pas encore. Il fallait ramer pour charger une page avec des images, c'est pourquoi les chapitres les plus anciens sont si courts et leurs images tellement réduites. Au fil des années, la vitesse de connexion s'est grandement améliorée et la collecte de documents a été facilitée par la mise en ligne d'archives. Les pages d'aujourd'hui sont quelquefois fort longues car une page de site équivaut à un chapitre de livre. Peut être, si j'en ai le temps, reprendrai-je les anciens chapitres... mais cela m'étonnerait fort: les recherches actuelles et à venir devraient encore m'occuper pendant quelques décennies, au rythme où je vais.
Le format du site (largeur de 800 pixels) correspondait à des écrans d'une résolution moindre qu'actuellement. Ce format correspond maintenant à celui d'une tablette en position verticale. Pour les écrans plus larges, on peut utiliser la fonction "zoom" des navigateurs.
Depuis quelque temps, la mise en page qui s'affiche dans les différents navigateurs ne correspond plus à celle que j'ai programmée. Les paragraphes se chevauchent, les images ne sont plus en face des textes; il faudrait que je reprenne toutes les pages pour les mettre aux nouvelles normes du HTML 5, ce qui se fera peu à peu.
Pour alléger la mise en page, je fais rarement figurer les légendes des illustrations. Dans la plupart des cas, il suffira de survoler l'image avec la souris pour la faire apparaître. J'emploie souvent cet effet dans les menus et quelquefois pour des comparaisons. C'est le seul trucage que j'utilise, il est inoffensif et pourrait ne pas fonctionner si les paramètres de sécurité du navigateur étaient trop stricts, il conviendrait alors de les assouplir légèrement.

Instituteur, puis directeur d'école à la Chapelle Rablais, je me suis intéressé au passé de cette commune; quelques expos, plusieurs versions de la monographie (disponible en mairie et déposée aux AD77), et des recherches aves les élèves dans le cadre de classes patrimoine des Archives départementales qui ont aussi donné lieu à une expo et des CDroms. En même temps, je me familiarisais avec l'informatique dès la préhistoire de l'ordinateur à l'école: ZX80, T07 et autres dinosaures sympathiques. L'équipement de l'école a suivi le progrès des PC grâce à la création d'un Point Média de l'Education Nationale à la Chapelle Rablais dont j'avais la responsabilité et le dynamisme du Club Informatique dont je fus l'un des animateurs.
Après une période de veille due aux fonctions prenantes de la direction d'école, puis la création Internet pour des associations, le site s'est réveillé après la mise à la retraite du jeune vieillard que je suis. Le rythme de publication est très variable; il dépend aussi de la météo, de mes activités annexes: bricolage, jardinage et grandpèrage...

Jean Bernard Duval.

 


 

A l'origine, ces pages étaient consacrées au passé de la commune. On n'y trouvait pas l'Histoire d'un petit village sans histoires, mais plutôt, au travers de dossiers issus des archives de la mairie, la vie des gens de la campagne, dans les siècles passés. Si le point de départ était la commune de la Chapelle Rablais, petite clairière dans une forêt de la Brie, de nombreux documents pouvaient s'appliquer à bien des petits villages, autour de Paris.