Plan du site
Documents

Cliquez sur les vignettes
 

Documents, page des choix
Depuis des années, j'accumule les documents dans l'intention de les utiliser au fil des pages de ce site. Au rythme où je vais, il me faudra quelques siècles avant d'avoir bouclé les projets en cours. Il me semble donc judicieux d'en publier quelques uns, sans prendre le temps de les mettre en forme.

 

 
Table des actes numérisés 1786 /1808
Une aide à la recherche dans les actes d'état civil numérisés sur le site des Archives Départementales de Seine et Marne.
  Mariages 1789/1811
Mariages et contrats de mariage des habitants de la Chapelle Rablais entre 1789 et 1811 dans les archives de la Chapelle Rablais et Nangis pour la période an VII et VIII.
 
Les recensements
Une aide à la recherche dans les recensements numérisés sur le site des Archives Départementales de Seine et Marne.
 

Monographie de l'instituteur 1889
Pour le centenaire de la Révolution française, et l'exposition universelle pour laquelle fut érigée la Tour Eiffel, les maîtres d'école de 1889 furent cordialement invités par leurs Inspecteurs à se pencher sur le passé de la commune où ils exerçaient.

 

 

Almanach de Seine et Marne 1909
L'Almanach historique, topographique et statistique du département de Seine et Marne et du diocèse de Meaux avait entrepris de publier des monographies communales rédigées par des érudits, à partir de 1861, et plus ou moins, dans l'ordre alphabétique. Par chance, la Chapelle Rablais figure parmi les premières, car le projet n'alla pas jusqu'à son terme. L'almanach 1909 consacre une vingtaine de pages à notre petite commune.

 

 
Histoire illustrée de Seine et Marne
Publiée à Orléans en 1911, l'Histoire illustrée de Seine et Marne de Maurice Pignard Peguet livre, commune par commune des éléments historiques. La page 724 est consacrée à la Chapelle Rablais.
 

Dictionnaire topographique de Seine et Marne
En 1954, Jean Hubert et Henri Stein publièrent à l'Imprimerie Nationale, Paris, le "Dictionnaire topographique de Seine et Marne comprenant les noms de lieu anciens et modernes" où ils recensaient les différentes formes qu'avaient pu prendre les nom de lieux, avec indication de leur provenance. On trouve ainsi vingt variations autour du nom du village...

 

 

Michelin 1829: essais historiques
En 1829, Louis Michelin commence la publication de ses "Essais historiques, statistiques, chronologiques, littéraires, administratifs, etc., sur le département de Seine- et- Marne"; six volumes seront publiés jusqu'en 1843, décrivant les communes de notre département. Un septième volume, donne d'autres renseignements sous forme d'un "Tableau scénographique".

 

 

Annuaire Commercial Industriel ... 1879
Annuaire Commercial Industriel Agricole et Administratif du Département de Seine et Marne pour 1879, première année, A. Lebrun, imprimeur du Conseil Général, rue de Bourgogne, 23 Melun : après de nombreux renseignements sur le département, ses élus, ses ressources... page 264 de l'édition 1879, des détails sur la Chapelle Rablais.

 

 

Les contrées du cadastre
Sur trois calques du plan d 'assemblage du cadastre de 1832, figurent les lieux dits, et les villages et les hameaux disparus depuis le début du XIX° siècle.

 

 

Généalogie du village 1752 / 1762
Le premier voulume 1752/ 1762 des registres paroissiaux conservés à la mairie de la Chapelle Rablais: pages Internet de consultation des baptêmes, mariages et sépultures ou téléchargement de fichiers pour les logiciels de généalogie.

 

 

Le registre paroissial 1752/1762
La retranscription du premier volume des registres paroissiaux. Un millier de personnes citées, deux mille liens; des fichiers à consulter ou à télécharger.

 

 

Un maître d'école au XVIII° siècle
En 1752, le nouveau curé réunit les paroissiens pour définir les conditions d'embauche d'un maître des petites écoles, clerc paroissial et autres fonctions. Le texte reproduit les notes du curé, reportées sur le premier registre paroissial conservé à la mairie de la Chapelle Rablais.

 

 

Livre de raison d'Antoine Huvier 1755/1836
Antoine, neveu du curé de la Chapelle Rablais, a résumé dans son livre de raison les mémoires laissés par d'autres membres de sa famille, ainsi que l'inventaire de ses biens acquis ou transmis. J'ai résumé ces pages, en ne développant que celles qui pouvaient servir à mieux connaître le mode de vie des parents du curé Etienne Charles Fare Huvier dont j'espère, bientôt, exposer la vie retrouvée.
Ces pages peuvent intéresser les généalogistes de la région de Coulommiers, Saints, Saint Augustin, Boissy le Chatel ...

 

 

Rôle des vassaux de Gautier Cornu 1292
Au temps du roi Philippe le Bel, Gautier Cornu, seigneur de la Chapelle Rablais fait renouveler le rôle de ses vassaux, détaillant pour chacun les fiefs et tenures ainsi que les sommes dues. Le texte intégral en ancien français.

 

 

Liste des passeports pour l'intérieur
Les Archives de la Chapelle Rablais renferment une collection de Passeports pour l'Intérieur du XIX° siècle. A l'attention des généalogistes, voici la liste des passeports conservés en mairie.

 

 

L'enquête sur les migrations saisonnières de 1809
Les communes de Seine et Marne ont répondu en février 1809 à un questionnaire portant sur les migrations de main d'oeuvre. On y découvre les milliers de saisonniers qui venaient chercher en Brie l'ouvrage qu'ils ne trouvaient pas chez eux. Nous les retrouverons dans les différents chapitres de ce site.

 

 

Les métiers révélés par l'enquête de 1809
Tableau extrait d'une étude de Roger Béteille : Les migrations saisonnières en France sous le premier Empire, essai de synthèse, publiée dans la Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 1970 et carte satirique de 1911.

 

 

Traces des voituriers
Pour donner un petit coup de pouce aux généalogistes, car retrouver un ancêtre migrant n'est pas des plus aisés, j'ai résumé les actes authentiques qui révèlent la présence en Brie de nombreux voituriers originaires de la Thiérache belge. Des liens vers quelques extraits d'actes notariés révélateurs de leur mode de vie sont proposés.

 

 

Traces des voituriers / résumé
Une petite base de données créée pour s'y retrouver un peu dans tous ces personnages: voituriers thiérachiens ou non, épouses, témoins, marchands de bois, gardes ventes et autres forestiers.

 

 
Traces des voituriers / première mention
Année après année, entre 1786 et 1816, la première trace des voituriers dans les archives.
 
Autres voituriers et travailleurs des bois
D'autres groupes de voituriers et de travailleurs des bois retrouvés dans les actes de la première moitié du XX° siècle en Brie.
 

Voituriers, forêts de Crécy & Malvoisine
Des actes notariés du début de la Révolution française ont montré des relations entre les voituriers de la forêt de Villefermoy et d'autres voituriers à Mortcerf. Effectivement, on trouve de nombreux voituriers, charbonniers et autres travailleurs de la forêt, et moins de manouvriers que d'habitude: charbon de bois, chaux, bois pour Paris...

 

 

Le voiturier de Provins
Le voiturier de Provins est l'un de ces poèmes que les versificateurs du XIX° siècle ne pouvaient s'empêcher de commettre. Pour résumer: un brave voiturier de Provins hérite d'un oncle de Russie d'une petite fortune en roubles "plus un village ou deux , et mille paysans". Il se fait escroquer, mange et boit toute sa fortune à Paris pour revenir à Provins, pas plus fâché que ça. Aucun rapport avec les Thiérachiens.

 

 

Vols de bois sous la Révolution
Si avant la Révolution et ensuite, on note bon nombre de petits délits ruraux dans les bois: bestiaux pâturant dans les bois, ramassage de bois etc..., pendant la période révolutionnaire, il semble que les habitants des communes limitrophes se soient livrés au pillage des forêts nationales ne n'hésitant pas à couper des arbres de futaie et à les voiturer, avec l'aide des Tirachiens, sans se cacher. On verra d'ailleurs que le pire coupable était celui qui devait veiller sur ces bois...

 

 

Privilèges des bouchers et des voituriers
Comme les voituriers en bois, les bouchers bénéficiaient de privilèges sur sur les chemins qu'ils étaient amenés à parcourir, du pâturage au marché aux bestiaux.

 

 
Traces des marchands de bois
Marchands de bois cités dans les actes des voituriers "thiérachiens" débardant le bois en forêt de Villefermoy
 

Cordonniers et rémouleurs de Lorraine
Répartis sur une centaine d'années, les actes qui prouvent la fréquentation de la Brie par des groupes de Lorrains, pour servir de support à la page du site consacrée à ces migrants. Cordonniers saisonniers venus de Vaubécourt et Hargeville, dans la Meuse.

 

 
Moissonneurs saisonniers
Liste des moissonneurs saisonniers de l'enquête sur les travailleurs migrants de 1809.
 
Moisson: articles de l'Encyclopédie
Articles "Faux" et "Faucille" et planche "représentant la récolte ou façon des foins ... & la moisson" de l'Encyclopédie Diderot d'Alembert, deuxième moitié du XVIII° siècle
 

Moisson en Brie
Extrait d'un texte d'Auguste Diot (1858/1932), en appendice de son livre "Le Patois briard dont, plus particulièrement, le patois parlé dans la région de Provins". Cet extrait ne concerne que la moisson, d'après les souvenirs de cet ancien cultivateur.

 

 
Moisson en Brie: le soyage
Extrait d'un texte d'Auguste Diot d'après les souvenirs de cet ancien cultivateur sur le soyage, autrement dit la moisson à la faucille telle qu'elle se pratiquait jusqu'à 1850
 

Moisson en Brie: le piquage
Extrait d'un texte d'Auguste Diot: "On désignait ainsi le moissonnage avec la faulx montée sur un harnais à trois ou à quatre doigts, système ayant succédé au soyage. Le piquage était le procédé généralement en usage pour moissonner avant l'emploi des moissonneuses- lieuses"

 

 

Moisson: les piqueteurs; Petit Journal 1908
"Les "piqueteurs", ce sont ces ouvriers agricoles qui, chaque été, viennent de Belgique faire la moisson en France. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, on les appelle aussi les "aoûteux", parce qu'ils font l'"août". C'est ainsi que dans cette région on désigne les travaux de la moisson. Quant à ce nom de "piqueteurs", ils le doivent à l'outil qu'ils emploient pour faucher et abattre le blé: le piquet, ou sape flamande."

 

 

Moisson: la Maison Rustique 1835
Article tiré de l'encyclopédie d'agriculture de Charles François Bailly de Merlieux; textes sur les différentes techniques de moisson, les instruments et les gestes, ainsi que les conventions avec les moissonneurs.


 

Déserteurs et prisonniers de guerre
sous la Révolution, aux Archives départementales 77 , dans le fonds ancien de Provins, les documents d'état civil de la Chapelle Rablais, les recherches dans le Gâtinais et l'Yonne et les "Polonais de Napoléon" dans l'Oise.

 

 
Loi sur la solde des troupes, 23 floréal an V
Le texte de la loi et un tableau exposant la solde pour les différents grades dans chaque corps d'armée, sous la Révolution française.
 

Les dîmes à la Chapelle Rablais au XVIII°s
Curé de la Chapelle Rablais de 1752 à 1759, Etienne Charles Fare Huvier a commenté, sur les pages vierges du registre paroissial, les épisodes de son sacerdoce. Quelques extraits montrent les relations tendues entre le nouveau curé et le seigneur local, au sujet des dîmes que le curé a tenu à percevoir de tous, même du châtelain...

 

 

Les chauffeurs (de pâturons)
Les chauffeurs de pâturons, surnommés ainsi parce qu'ils brûlaient les pieds de leurs victimes pour leur faire révéler l'endroit où elles cachaient leur argent, sévissaient au temps de la Terreur et disparurent sous le Consulat. Relation d'un tragique fait- divers dans une ferme de Favières où périt un cordonnier ambulant de la Meuse.

 

 

Les métiers en 1836
Extrais du recensement de 1836, la composition de la population et la liste des métiers dans la commune de la Chapelle Rablais.

 

 
Inventaire de la ferme des Grands Montils
Contrat de mariage entre Gabriel Marie Richard & Juliette Rechault où figurent l'inventaire d'une maison bourgeoise de Nangis et de la ferme des Grands Montils en 1800. Autres actes...
 
Originaires de la Manche
Documents sur une petite poignée de personnes originaires de la Manche, à plus de quatre cents kilomètres de leur lieu d'origine, dont le curé et sa famille. Hasard, relations ?
 

Liste des bûcherons
Les activités dans le village de la Chapelle Rablais, son gros hameau des Montils et la quinzaine d'écarts se partageaient entre les champs et les bois. S'il est curieux que, dans le recensement de 1836, aucun chef de famille ne se déclare bûcheron; d'autres sources en révèlent le grand nombre

 

 

Petits Paris & enfants morts en nourrice
Comme de nombreux villages d'Ile de France, la Chapelle Rablais accueillait des bébés en nourrice, révélé par le grand nombre de leurs décès. Un relevé rapide entre 1783 et 1805 en dénombre plus d'une cinquantaine, quatre sur cinq étant originaires de Paris.

 

 
Eleonore Vergeot
Comment à force de repasser le linge de Louis Napoléon Bonaparte, prisonnier pour complot, Eléonore devint châtelaine des Moyeux et épouse du frère de lait de l'Empereur.
 
Description des Moyeux
Texte intégral de la brochure éditée pour la vente du domaine des Moyeux, vers 1920, succession Rigaud, probablement tiré à part de la revue la Vie à la Campagne d'Albert Maumené.
 
Le personnel des Moyeux en 1866
Liste du peronnel recensé en 1866, quand Pierre Bure et Eleonore Vergeot étaient propriétaires du château des Moyeux.
 
Notes sur la Grande Propriété
Trois articles parus en 1892 dans le journal "le Briard", un livret de 1891, sur la chasse et la grande propriété en Seine et Marne et plus particulièrement sur les terres du comte Greffuhle.
   

Contenu de la page d'accueil
Le dossier "origines du village"
Le chapitre "migrants et passeports"
  Bonus: Le canal inachevé de Provins