La vie retrouvée des voituriers tirachiens /26
Us et abus dans les bois /2

D'où des conflits dans les assemblées de communes comme à Echouboulains, commune proche de la Chapelle Rablais: "Les petits particuliers regardent comme à eux les bois ecclésiastiques immenses qui environnent laditte paroisse, à cause du décret qui les met sous la sauve garde des municipalités et espèrent, en s’emparant des charges municipales, continuer impunément les dégâts qu’il y ont fait cidevant et surtout cet hiver, malgré les reproches réitérés que leur a fait le sieur curé dans ses prônes... Messieurs les bûcherons ne veulent aucun laboureur dans leur municipalité." lettre du curé Duparcq d’Echouboulains, 18 février 1790 cité par M.Delahaye

D'où, aussi, de nombreux vols de bois, d'abattages sauvages, comme le révèle le registre des délibérations de la Municipalité de Montereau Fault Yonne :
"Vendredi premier juin mil sept cent quatre vingt douze, cinq heures du soir.
... Que l'abus à cet égard est devenu si général que la majeure partie des vignerons et manouvriers, tentés par l'appas illicite de des spoliations, préfèrent de subsister du produit d'un tel brigandage, au bénéfice de leurs travaux ordinaires de la campagne, en sorte que l'agriculture en souffre notablement et que les laboureurs ainsi que les marchands de bois, et les manufacturiers et exploitans, ne peuvent plus trouver de bras pour l'exploitation de leurs récoltes ou de leurs entreprises...." AD77 L 396 n° 35

.. les auteurs de ces délits ainsi que le garde les en a assuré sont les habitans des communes de la Chapelle Gauttier, des Monty, de Fontenailles et autres. Que le délit causé dans cette partie de bois qui avoisine les dites communes est tel qu'il est de la dernière importance d'y remédier, d'abord en prenant les mesures les plus sévères contre les délinquants, et notamment contre les habitans de la commune des Monty, district de Provins, lesquels ont des chevaux de somme qui ne leur servent que pour le transport des bois de délits qu'ils vendent publiquement à Nangis.
AD77 L 396 n° 57

"A la Révolution, toute barrière tomba; la population commença d’ensemble cette oeuvre de destruction. Ils escaladèrent, le feu et la bêche à la main jusqu’au nid des aigles; ils cultivèrent l’abîme, pendus à une corde. Les arbres furent sacrifiés aux moindres usages; on abattait deux pins pour faire une paire de sabots. En même temps, le petit bétail, se multipliant sans nombre, s’établit dans la forêt, blessant les arbres, les arbrisseaux, les jeunes pousses, dévorant l’espérance. La chèvre, surtout, la bête de celui qui ne possède rien, animal niveleur, bête aventureuse qui vit sur la commune, fut l’instrument de cette invasion démagogique, la Terreur du désert. "

Michelet: Histoire de la Révolution, de la France, Etat de la France.

Sous la Révolution française, en attendant qu'une administration solide puisse gérer les bois confisqués aux ordres monastiques qui deviendront forêts domaniales, la gestion des forêts avait été confiée aux autorités locales " plus soucieuses de satisfaire les aspirations de leurs administrés et les demandes des marchands de bois que de préserver l’avenir des peuplements"
Des hommes et des forêts, Gallimard

  Les passeports, page des choix
 

   Courrier

Nicolas Henry, garde, garde vente, garde fond etc... devait coller des prunes à ses voisins et relations. On imagine l'ambiance certains jours ! Ils étaient voisins, tous des Montils, et évidemment, se fréquentaient: Julien Trahaut et Nicolas François Henry, tous deux 45 ans, sont témoins à la naissance d’un garçon de Nicolas Gibert, charretier et Marie Anne Tancelin, les Montils. le 23 septembre 1804 / 1° vendémiaire an XIII.
Quelques mois après le PV d'Edme Tissot, François Henry, charretier, 22 ans, est témoin à la naissance d'Olive Sophie Tissot, le 28 juin 1801 / 9 messidor an IX La "marraine" est Anne Geneviève Bridou, tout juste veuve qui n'allait pas tarder à épouser Nicolas Docquière, voiturier tirachien. Le "parrain" n'est pas le garde forestier, né le 30 décembre 1755, mais son neveu, né le 26 mars 1799, fils de François Henry , cabaretier vers 1780, charretier vers 1800, et d'Elisabeth Jeanne Louise Du Bois.

Procès verbaux: 20 novembre 1800 / 29 brumaire an IX Jugements de simple Police, Nangis, 1799/1854 AD77 UP 2314


Bûcherons, voituriers et marchands de bois trichaient de temps en temps sur la qualité ou la quantité: quelquefois, dans les "cordes" de bois, les bûcherons introduisaient des essences moins nobles, bois de menuise ou fruitier, ou bien des bûches tordues : "Les Moûleurs & à leurs aydes doivent empêcher qu'il ne soit mis du bois tortu dans la membrûre, qui empêche de le bien corder, & veiller aux autres prévarications que les Marchands, ou leurs gens pourroient commettre."
Traité de la Police 1719

Les marchands de bois pouvaient profiter de la déformation des membrures servant à corder le bois "à tel point que ces mesures étaient parfois contrôlées non pas par les mouleurs mais par les mesureurs de sel, hommes d'une intégrité redoutable. C'est le cas le 19 août 1785, où le Bureau (de Paris) rend un jugement ordonnant la visite des mesures à bois par ces mesureurs. En 1784, le Bureau fait changer toutes les membrures et demi-membrures et prend des dispositions très précises pour éviter que les nouvelles ne soient faussées par le personnel des chantiers des marchands de bois. La corde ainsi mesurée devait avoir seize pieds de superficie et quatre pieds de largeur et d'épaisseur." Gilbert-Robert Delahaye Pour l'alimentation de Paris en bois au XVIIIe siècle

Les itinérants: bûcherons, scieurs, voituriers... profitaient quelquefois de leur mobilité pour arnaquer le client. Un cas est révélé à la fin du XIX° siècle; nul doute qu'il dut y en avoir d'autres, au début du siècle, qui n'ont pas laissé de traces : "La Chapelle Gauthier. Depuis février dernier, Cr.. Auguste, bûcheron, qui travaillait dans la forêt de Villefermoy, territoire de Fontenailles, dans une vente exploitée par M. Granger, marchand de bois au Châtelet, vint acheter, en plusieurs fois, chez M. Marinier, marchand de nouveautés, pour plus de 80 francs de marchandises. Aussi, lorsque Cr.. qui a quatre enfants, proposa à ce dernier de lui vendre du bois, M. Marinier, pour lui être agréable, lui acheta-t-il à son tour 20 francs de bois. Le 12 juillet dernier, Cr.. se présentait chez M. Marinier pour régler son compte, sur lequel furent déduits les 20 francs de ce bois. En même temps, M. Marinier en profita pour demander où était son bois :
" Derrière ma loge, et vous n'avez pas à vous tromper, votre nom est dessus ! " répondit Cr.. . Le 16 juillet, M. Marinier étant allé au bois indiqué, ne trouva rien.
Il écrivit au Châtelet où Cr.. avait dit qu'il se rendait, mais la lettre ne tarda pas à lui revenir avec cette mention : " Parti sans laisser d'adresse ". M. Marinier a porté plainte à la gendarmerie.
"
le Républicain le dimanche 28 juillet 1907 Le journal donne le nom intégral du bûcheron.

Les voituriers dont la mobilité était source d'inquiétude pour bien des locaux, n'étaient pas en reste pour la filouterie, déchargeant quelques bûches entre départ et arrivée (tombées du camion?), comme le montre cet extrait des minutes du secrétariat de la municipalité de Montereau Fault Yonne : Ce jourd'hui, vendredi premier juin mil sept cent quatre vingt douze...
...Ayant sur le champ fait empiler et corder en notre présence le bois étant au devant de la porte, arrivé et déchargé cejour d'huy et l'ayant mesuré, il ne s'est trouvé qu'une quantité de cinquante pieds en carré savoir sept pieds trois pouces de hauteur sur sept pieds de largeur... Interpellation par nous faite audit Pelle, pourquoi au lieu de quatre cordes qu'il étoit chargé de voiturer, il ne s'en trouve que les quantités ci-dessus constatées en sa présence.
Ledit Pelle a déclaré qu'ayant été chargé de voiturer lesdites quantités qui étoient en tas dans les cours desdits Petit et Fournier, qui lui ont livré lesdites quantités pour quatre cordes, il les a amené comme telles, qu'il n'est point garrant ou du moins, n'étant pas le vendeur mais le voiturier."
AD77 L 396 n° 36

Ce qui précède n'est que roublardise sympathique : braconniers jouant aux gendarmes et aux voleurs ( à part les amendes atteignant des sommes astronomiques), pâtres poussant un peu trop loin leurs bêtes, et Thiérachiens continuant à fonctionner comme par le passé. Quelquefois, les relations étaient plus tendues. Les braconniers ou les voituriers pouvaient être armés...
Tel ce paysan voiturant du bois illicite qui promenait innocemment son fusil chargé:
"... sur laquelle voiture étoit un fusil, que ledit Limosin nous a déclaré lui appartenir, lequel nous avons reconnu être un fusil à deux coups, et que ledit Limosin nous a déclaré avoir apporté pour y faire mettre une vis et cependant nous a avoué que ledit fusil est chargé... " AD77 L 396 n° 38

Le garde Miloche "des Bois nationaux" de la forêt Saint Germain, au sud de la Chapelle Rablais déclara avoir eu affaire à des bûcherons voleurs de bois, tête camouflée et vêtements recouverts d'une blouse. On verra plus loin que son témoignage était sujet à caution :
"Cejourd'huy mercredi six juin mil sept cent quatre vingt douze environ huit heures et demye du soir ...ces deux délinquants étaient munis de chacun un fusil et de chacun une cognée ...

Les Thiérachiens n'étaient pas les derniers à se mettre en infraction: "l'agriculture, qui pourvoit seule aux premiers besoins, ne doit être négligée dans aucune de ses parties. Elle souffre par les délits champêtres des pertes considérables; l'exploitation des bois amène dans les campagnes une multitude d'étrangers qui font vivre seulement leurs bestiaux aux dépens du public."
Cahier de doléances, Château Thierry Art. 37 Archives parlementaires , tome II, p 666

"Les voituriers employés au débardage des bois dans les ventes écorchent souvent avec leurs voitures les baliveaux réservés, ce qui cause à ces arbres de grands dommages... Les voituriers ne peuvent faire paître les bêtes de voiture dans les ventes ni dans les forêts à peine de confiscation desdites bêtes et d'amende."
Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches Volume 7 Jacques-Joseph Baudrillart, Pierre Etienne Herbin de la Halle, de Quingery 1825

A la Chapelle Rablais, deux voituriers, installés depuis quelques années et semblant avoir perdu la protection des Lettres Patentes de 1787, avaient été surpris à laisser divaguer leurs bêtes dans les bois, ce que n'appréciaient guère les propriétaires: "...les particuliers circonvoisins y mettent paître leurs troupeaux, de manière qu'il y a lieu de croire qu'il n'y poussera jamais de bois, je vous cite, Messieurs, pour exemple la forêt de Vilfermoy; les bois des particuliers situés près des villages commencent aussi à être fort endommagés..."
AD77 L 396 forêts n° 26 lettre de Labarre sur les délits en forêt de Villefermoy le 7 février 1792

Le 6 brumaire an IX "... sur le rapport du garde fonds des propriétés des citoyens Moufle frères ... ledit procès verbal portant que le six dudit mois six heures du matin ledit Henry faisant l'exercice de ses fonctions, et étant parvenu à une Pièce de Bois appelée Bois de la Chapelle tenant du midi et du couchant au bois de la Nation, ledit bois en taillis de l'âge de deux ans, il a trouvé quatre boeufs sous différents poils et âges appartenant au citoyen Edme Tissot manouvrier (en fait, scieur de long et voiturier "thiérachien") demeurant aux Montils, commune de la Chapelle Arablais, qui étoient à même ledit bois à le manger et le brouter à garde faite par ledit Tissot qui étoit à environ cent cinquante pas de distance desdits boeufs à se chauffer près d'une loge avec son chien.... ledit Henry poursuivant sa ronde et étant parvenu auprès dudit Tissot, il lui a fait part de sa contravention, et lui a déclaré Procès verbal que ledit Tissot a reconnu de justice..."

Le 4 brumaire an IX, Julien Trahaut, lui aussi voiturier, avait été verbalisé pour un délit équivalent dans la même pièce de bois, ses bêtes divaguant en liberté à la manière thiérachienne:
Ledit Henry ... "a trouvé six chevaux et juments sous différents poils et âges qui étaient à traverser et à l'abandon dans un bois taillis de la coupe dernière... dans laquelle partie de bois, lesdits chevaux et juments ont commis un délit considérable et que vu qu'il n'y avoit personne à la suite desdits chevaux et juments, ledit Henry s'est de suite transporté au domicile dudit Trahaut qui étoit absent et que parlant à sa femme il lui a fait part de ladite contravention..."
Edme Tissot et Julien Trahault ne se sont pas présentés à l'audience du 20 novembre 1800 mais ont été condamnés à six journées de travail envers la République et aux frais ( 5,50 F ) "sauf les dommages intérests qui pourront être dus aux propriétaires desdits Bois, s'il y a lieu..."

Les bois du citoyen Moufle, copieusement broutés par les bêtes des voituriers, figurent sur le plan minute an XI; l'un s'étendait du Ru Guérin à la Pierre du Compas, l'autre se situait au nord de la Fontaine du Tonneau.

La tentation était souvent forte de grapiller un peu plus que son dû, de pousser un peu ses bêtes dans le pré du voisin ou de prélever en forêt ce qui ne devait pas l'être. Sous la Révolution et l'Empire, les "Audiences de police rurale et autres de simple police" et le "Registre des causes ordinaires et extraordinaires du Tribunal de la Municipalité de la ville de Nangis" regorgent de resquilleurs qui avaient eu la malchance de se faire prendre. En 1859, un "Etat des débiteurs du sommier des surséances" récapitulant les amendes impayées à la Chapelle Rablais depuis les années 1830 fait apparaître quarante et un délits :
... un outrage, une escroquerie: en 1838, le garde champêtre qui contrairement à ses devoirs avait compromis plusieurs par ses faux rapports en les excitant lui même de faire paître leurs bestiaux dans des lieux non communs ou de couper de l'herbe dans des mares réservées par les propriétaires et avait ensuite verbalisé contre ces personnes Délibérations du Conseil, quatre vols, et un acte de mendicité. On relève trois délits de chasse (l'un des contrevenants ne pouvait régler son amende "En prison à Provins pour délit de chasse, laissant sa femme malheureuse avec un enfant, ne possède aucun bien immeuble). Toutes les autres infractions concernent des délits ruraux dont des "délits dans la forêt de l'Etat". Archives communales

Deux jours plus tard : "Cejourd'huy huit juin 1792 ... j'ai apperçu de loing venir trois quidants (quidams) munis de chacun un fusil et une cognée sous leurs brats sont entrés dans laditte réserve environ sur les huit heures et demy du soir ayant la tête bandée de leur mouchoir et leur chapeau rabattu sans avoir pu les connaître... ... je les ai poursuivi l'un d'eux sont retourné sur moy et avoit un coup de fusil chargé à bal une desdittes bal ayant percé mon chapeau sur ma tête santant avoir été blessé à cause d'un morceau de bois qui m'a parré le coup. de manière que nous sommes retourné sans avoir pu les connaître à cause de leur déguisement ayant des blaudes (blouses) de toile par dessus leur habillement .."
AD77 L396 n° 39 & 41

Si les Tirachiens de Villefermoy ne se sont pas signalés par des actes de violence, dans d'autres contrées, ils s'étaient montrés redoutables:
"Le 21 mai 1740 Supplient humblement Nicolas Baudeau, Estienne Potier, Nicolas Corbin et Antoine Houdet tous laboureurs demeurant en ce lieu de Presles, disons qu'actuellement il est arrivé dans l'étendue de cette paroisse un nombre assez considérable de voituriers du pays de Tirache... attendu qu'ils usent de violence et souvent même qu'ils prennent la voie des armes pour se rebeller contre la justice.." Archives du greffe de Presles en Brie AD77 2Bp4498
"Ces voituriers thiérachiens, connus sous le nom de hourriats, abusent tellement de cette permission, que dans tout le ressort du châtelet de Paris, on peut, sans les injurier, les traiter comme de vrais pirates, qui, pendant qu'ils font dévaster par leurs chevaux, durant, la nuit, les prairies tant naturelles qu'artificielles, même les terres non moissonnées, pillent eux-mêmes les fruits et les vignes; et si l'on va pour les surprendre, ce n'est qu'avec grand risque d'y perdre la vie; il y a une multitude d'exemples de leur férocité contre ceux qui ont essayé de garantir leurs possessions de leur pillage." Cahier de doléances de Chelles. Archives parlementaires, Paris hors les murs Tome IV

A noter: certains recueils de jurisprudence font état d'une "ordonnance du roi du 3 mars 1787 qui ordonne le désarmement des voituriers connus sous le nom de Thiérachiens"; à cette date correspondent effectivement des lettres patentes "sur arrêt au sujet des délits qui peuvent être commis par suite des pâturages des chevaux et bœufs, dans les prés fauchés, bruyères, etc. " qui ne traite que des droits accordés aux voituriers "en confirmant aux voituriers connus sous le nom Thiérachiens la faculté dont ils ont ci- devant joui de faire paître leurs chevaux et bœufs dans les communes, prés fauchés, bruyères..."

Texte des lettres patentes du 3 mars 1787

 

Certains voituriers thiérachiens sont pris en flagrant délit de détournement de bois volé, comme dans ce PV où paraît à nouveau le garde Miloche: "Qu'après cette découverte et mesure par moi faite desdits arbres en délits, je suis sorti dudit bois par la vente actuellement en coupe j'ai trouvé dans la route de cette vente le citoyen Chardon voiturier tiérachien demeurant à Frévan commune de la Chapelle Rablais lequel avec son chariot attelé de cinq chevaux transportoit lesdits cinq fresnes en grume ce qu'ayant remarqué et reconnu, j'ai demandé audit Chardon d'où provenoit ce bois et où il le conduisoit il m'a répondu qu'il venoit de les charger dans la pièce de taillis susdésignée à l'ordre du citoyen Miloche garde et que du même ordre il conduisoit ces arbres chez un tourneur à Montereau qu'il ne m'a pas nommé."
Miloche, garde des Bois Saint Germain, canton de la forêt de Villefermoy était un sacré coquin: il s'était vanté d'avoir échappé par deux fois à de dangereux voleurs "le coup passa si près que le chapeau tomba.." Victor Hugo Quand il sentit que le vent tournait, il colla quelques prunes à deux ados conduisant des ânes chargés de branches vertes: "... j'ai trouvé le fils de Louis Catalant manouvrier a Boulin et la fille de Matieux Bonhomme ... qui conduissais chacun un anne chargé de branche de chaine verte sortant de chaines qui sont abattu en la vente de 1793..." pendant ce temps qu'il abattait les plus beaux arbres, tels les cinq frênes ci-dessus au prétexte "qu'il n'avoit abatu lesdits arbres que pour faire une loge et malgré nos observations sur ce que le voiturier apportoit les arbres à Montereau il a sans vouloir s'expliquer plus amplement persisté à soutenir que c'étoit pour faire une loge..."
Pendant ce temps, dans une coupe prévue pour 150 arbres, deux cent cinquante avaient été abattus pour le marchand de bois Mesrat de Montereau (Mérat), avec la bénédiction du garde forestier. Le 15 frimaire an V, Miloche est
"traduit et en état d'accusation devant le tribunal correctionnel de Fontainebleau" .
AD 77 L 396 n° 39 41 88 89 95 96 94 97

doc: vols de bois en forêt de Villefermoy sous la Révolution

Dans le dossier L 396 des Archives départementales, consacré aux forêts sous la Révolution, on voit apparaître principalement deux noms pour Villefermoy: Préau, maire de Montereau et Labarre, administrateur du conseil du département de Seine et Marne et juge de paix au Châtelet en Brie qui se définit comme "Juge de paix et principallement comme ami de l'ordre" et, dans une belle envolée lyrique, forme des voeux "pour que nous ayons enfin une brigade au Châtelet et si ce minystre ne fait pas son devoir, dénoncez-le à l'assemblée nationale, pour le lui faire faire: sous le règne des lois, quand on a la raison et la justice pour soi, on peut parler sans crainte, ce sont là les droits de l'homme libre dans lesquels je mourrai."

" Ce jourd'hui, vendredi premier juin mil sept cent quatre vingt douze sept heures du matin, nous, Pierre Nicolas Préau Maire de Montereau Fault Yonne y demeurant, ayant été instruit que par une suite des délits et brigandages qui se commettent journellement depuis plusieurs années dans les forest et bois voisins, et notamment dans ceux de Vallence et de Boulains, il arrive fréquemment à Montereau des voitures chargées du bois provenant de ces vols et pillages..."
Préau, maire de Montereau, se disait capable de déterminer la provenance d'une bûche : ...Examen par nous fait de la qualité et grain dudit bois, nous avons par nos connaissances particulières, et presque certaines reconnu que ledit bois provient des bois de la forest de Saint Germain appartenant à la Nation comme dépendant de la ci-devant abbaye de Saint Germain des Prés."

Il faut dire que le citoyen Préau, comme le citoyen Labarre étaient marchands de bois et fort intéressés à la forêt de Villefermoy où bûcherons et voituriers travaillaient à leur fortune. On retrouvera le marchand de bois Labarre à propos de la succession du voiturier Dupin en 1803: "Du citoyen Labarre, marchand de bois au Bois Louis, le Châtelet en Brie, pour charrois de bois: 41,86 F en déduction sur celle de l'obligation de 300 F due à Labarre (4 frimaire an XI, notaire Pinault, le Châtelet) avec intérêts de 5%, versée au passif" et, la même année, la trace du marchand de bois Préau dans l'inventaire après décès du Thiérachien Thomas Nival: "Dettes actives .. par le citoyen Préau marchand de bois ... quarante huit francs pour charriage de bois et dans le passif: "Plus au citoyen Préau demeurant à Montereau pour graisse dix neuf francs soixante dix centimes". A noter que le citoyen-maire-marchand de bois Préau n'avait peut être pas été mécontent de compromettre, avec le garde Miloche, le citoyen Edme Germain Mérat de la Geneste, marchand de bois concurrent sur Montereau.