La vie retrouvée des voituriers tirachiens/ 13
du Hainaut à la Brie

Des migrants, tous voituriers tierrachiens, tous du même pays ont laissé une première trace en 1788, ce qui ne signifie pas qu'il n'y en avait pas avant, venus du Hainaut pour travailler dans les bois de la Brie. Ils ont dû travailler plusieurs années, garçon voiturier célibataire au fond des bois, ou patron débardeur marié au pays, sans laisser de trace dans les archives.


  Les passeports, page des choix
  Retour: la vie retrouvée des Tirachiens: premières traces

  Bonus : le département de Jemappes


   Courrier

Insécurité, misère, le Hainaut du XVIII° siècle était une pépinière de migrants, tels les cent trente huit qui passèrent acte devant un notaire de Maubeuge pour migrer vers les Amériques le 17 janvier 1720.
La Compagnie d'Occident devenue Compagnie des Indes, chargée du peuplement de la Louisiane était aux mains du célèbre financier John Law qui fit banqueroute cette même année 1720.

Pardevant nous Jacques Brochery notaire Royal et homme de fief assiste de Pierre Bertin et de Jacques Joseph Brochery aussi hommes de fief du hainaut residens en la ville de Maubeuge soussignes, ont comparu en leurs personnes les cy apres nommez maitres laboureurs charpentiers, menuisiers et autres gens de different sexe et de profession demeurans auxdits lieux qui seront cy apres marques en leurs articles... / ... lesdits engages ont promis et se sont chacun pour soy engages de sembarquer avec leurs hardes incessament et sur ses premiers ordres ou de laditte compagniée, dans tel navire qui sortira du port Louis ou autres de France, armés par la Royalle compagniée d’occident ... ou estant heureusement arrives lesdits engages s’obligent de defricher, cultiver et ameliorer les terres qu’on leur donnera, et de la maniere que ledit sieur Hubain ou laditte compagniée le souhaitera. Travailleront pareillement aux semences, plantes, bastimens et ouvrages qu’il souhaitera ainsi que toucher les autres choses licites et honnestes qu’il leur commandera ...

et a l’instant sont comparut les engages cy après denommes
scavoir Jean Charles Tiers boulanger natif de charleroy garçon engagé le dix neuf septembre dernier pour cinq ans, a raison de trois cent livres d’engagement, et pareille somme de gages et nourriture, comme aussy vingt cinq sols par jour jusque a lembarquement jour auquel finiront les vingt cinq sols par jour et alors commenceront lesdits gages tant audit Tiers que les suivans aux quels a esté donné lecture des clauses et conditions susdites et signé

Le texte intégral et les liens...

Il est douteux que les voituriers qui choisirent de quitter le Hainaut et la Thiérache pour la Brie aient bénéficié d'un encadrement aussi structuré que celui de la Compagnie des Indes. A défaut d'un document qui prouverait le contraire, j'incline à penser que la mini-migration du Hainaut à la Brie se fit d'une manière diffuse, passant peu à peu du travail saisonnier à l'installation définitive. De la fin de l'Ancien Régime à la Restauration, en passant par la Révolution et l'Empire, de nouveaux voituriers se révèlent, d'année en année, au travers des actes d'archives, sans afflux soudain. L'an 1803 est exceptionnellement riche, peut être à cause du décès d'un Tirachien, suivi de la vente aux enchères de son matériel faisant sortir de l'anonymat nombre de migrants qui ne laissèrent pas d'autre trace en Brie.

Lien vers la page: "Première mention des voituriers dans les archives"

Cependant, les voituriers thiérachiens, même s'ils étaient pauvres et peu considérés formaient un groupe influent. Ils bénéficièrent de lettres patentes spécifiques: " Louis, Par arrêt cejourd'hui rendu en notre conseil d'état, nous y étant, et pour les causes y contenues, nous aurions, en confirmant aux voituriers connus sous le nom Thiérachiens..."
On a vu leur quasi monopole dans le réseau de distribution du bois pour Paris et l'éventualité de le désorganiser en se mettant en grève!
Mais formaient-ils un groupe, une ébauche de corporation, avaient-ils des représentants, se sentaient-ils solidaires ? Ou bien forêt par forêt, famille par famille, chaque petit groupe gérait-il son labeur sur son petit territoire?

Je connais bien une petite vallée des Apennins italiens dont les paysans migrèrent en masse à Nogent sur Marne (le Nogent des Ritals de Cavanna), au point que la ville de Nogent est jumelée , non avec les bourgs de Bettola, Farini ou Ferriere, mais avec la vallée entière.
Les différences sont importantes entre les maçons italiens et les voituriers thiérachiens: le nombre de migrants est loin d'être comparable, mais surtout, le souvenir de la migration des ancêtres est encore vivante dans la mémoire des descendants d'Italiens: on organise encore des commémorations des deux côtés des Alpes. A part une petite comptine que personne ne chante plus, la trace des "Tirachiens" semble s'être complètement perdue.

Autre différence importante: au début du XIX° siècle, il n'était pas question d'immigration, de pays à pays. On était encore loin du maçon italien, puis espagnol et portugais, du mineur polonais, des ouvriers nord- africains...
"Les frontières, qui ont d'ailleurs souvent fluctué, ont surtout été franchies par les Français : Auvergnats ou Pyrénéens se rendant en Espagne, herboristes ou libraires dauphinois s'en allant à travers l'Europe ; Barcelonnettes, Béarnais ou Alsaciens partant pour les Amériques... A l'exception des juifs, à la situation longtemps ambiguë, les étrangers ne sont pratiquement pas venus tenter leur chance en France avant le début de notre siècle."
Jean Louis Beaucarnot

Par exemple, seuls trois étrangers sont recensés en 1851 à la Chapelle Rablais, tous domestiques au château des Moyeux: un Anglais, Jean Jary (seul à ne pas être catholique sur les 557 personnes recensées) et deux Belges: Pierre-Joseph et Fleurimon Marcon. Quelques Polonais et Bohémiens sont batteurs en grange; on les retrouvera plus tard.
Concernant les voituriers thiérachiens -ou plutôt du Hainaut- à l'époque où ils se découvrent, ils ne sont pas étrangers, mais français. Les frontières de cette région ont été très fluctuantes; la dernière rectification datant de 1963. Successivement comté de la Francie médiane (843, traité de Verdun), de la Lotharingie, de la Francie occidentale, de la Francie orientale, du Saint-Empire, ensuite province des Pays-Bas espagnols, puis autrichiens... En 1795, les Pays Bas autrichiens furent réunis au territoire de la France révolutionnaire. Puis ce territoire devint le département français de Jemmapes... pour résumer l'article de Wikipédia.

"Les gens d'une même paroisse, d'un même hameau, pratiqueront le même métier et se dirigeront vers les mêmes régions. Dès qu'il en a l'occasion, le beau-père appelle son gendre à son côté, l'oncle son neveu. Ceux qui se fixent à l'extérieur font venir leurs parents : frère, beau-frère, cousin..." Jean Louis Beaucarnot Pour reprendre l'exemple des Italiens des Apennins, suivant la vallée dont ils étaient originaires, le métier et le lieu de migration étaient différents: les uns devenaient maçons et plâtriers en France, d'autres chauffagistes en Angleterre ou en Argentine. Dans les Passeports conservés en mairie de la Chapelle Rablais, on voit bien que métier et province d'origine sont liés: les cordonniers et rémouleurs viennent de Lorraine, les maçons de la Creuse, les scieurs de long du Forez, les charbonniers de l'Yonne et les voituriers du Hainaut...

Les "Tirachiens", partant de la même région, autour du gros bourg de Momignies et de Beauwelz, et pratiquant le même métier à deux cent soixante kilomètres de là, il aurait été pour le moins surprenant qu'il ne se fussent point connus! (J'espère ne pas m'être embrouillé dans tous ces conditionnels et subjonctifs!) Qu'ils aient eu des ancêtres communs n'a donc rien non plus d'étonnnant, comme le montre ce tourbillon de noms:

Bouillard Colinet Meunier Feuillâtre Docquière Bertrand et Piette
Joseph Bouillard, voiturier, est le fils de Marie Joseph Dupuis (Guillaume Dupuis était l'un des voituriers de Machault) et de Jean Baptiste Bouillard qui était l'époux en premières noces de Marie Catherine Colinet.
Nicolas Joseph Colinet, voiturier, épousa en premières noces Marie Rosalie Meunier.
Louis Meunier, voiturier, est l'époux de Marie Bridou, épouse en premières noces de François Feuillâtre, voiturier.
Anne Geneviève Bridou est la seconde épouse de Nicolas Joseph Docquière, voiturier, la première étant Marie Catherine Bertrand, même famille que Nicolas Joseph Bertrand, voiturier, qui est doublement beau frère de François Joseph Piette, voiturier; il en avait épousé successivement deux soeurs.

Nival Hubert Deruelle Pupin Bourguignon Lecoyer Nival Lainé Pourveur Badoulet et encore Nival
Charles Nival, père de nombreux voituriers signalés dans la forêt de Villefermoy est le mari de Louise Hubert.
Marie Céleste Hubert est l'épouse de Jean Baptiste Déruelle. Pierre Déruelle, voiturier, est le fils de Jean Baptiste Déruelle, voiturier, et Marie Catherine Bachelard. Marie Joseph Bachelard est l'épouse de Jean Pupin, père de Nicolas Joseph Pupin, voiturier, par ailleurs en famille avec Antoine Joseph Bourguignon, époux de Marie Catherine, soeur de Nicolas Joseph Pupin et Jean François Lecoyer, fils de Marie Joseph Pupin et de Nicolas François Lecoyer, lequel Lecoyer était tuteur et curateur des enfants Pierre Laurent Lainé, voiturier. Noter qu'il existait à Momignies, un Jacques Joseph Bourguignon, époux de Marie Louise Nival d'où Auguste Joseph. Premier retour aux Nival.
Revenons aux Laîné: Pierre Laurent Laîné, fils de Thomas Laîné et Magdeleine Hubert était le cousin de Jacques Nival, fils de Charles Nival et Louise Hubert. Second retour aux Nival.
Marie Catherine Pupin ( la même que quelques lignes plus haut ?) était l'épouse de Jean Pourveur, dont le fils Martin Joseph, voiturier, décèda chez Philippe Joseph Badoulet, voiturier. Martin Joseph était d'ailleurs marié à Thérèse Badoulet, soeur de Philippe Joseph; lequel, après avoir été garçon chez Thomas Joseph Nival, voiturier, finira par en épouser la veuve, Marie Anne Bony, elle même déclarée voiturière. Troisième retour aux Nival !

Relations familiales entre voituriers thiérachiens
Généalogie d'une famille de voituriers reconstituée à partir des actes d'archives: les Nival



Migration, immigration
La complexité des frontières se lit sur cet extrait de la carte du comté de Hainaut, où l'on voit deci dela, quelques enclaves françaises en territoire étranger. Les limites actuelles sont marquées en rouge. Si les prévotés du Quesnoy et de Maubeuge sont devenues françaises, il n'est en pas de même de la prévoté de Chimay où se situe Momignies: "Momignies (en picard Momgniye) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut. Une des particularités de cette commune est qu'elle est frontalière à 3 départements français : le Nord, l'Aisne et les Ardennes. De plus elle est composée de 7 villages : Seloignes, Beauwelz, Forge-Philippe, Macquenoise, Monceau-Imbrechies, et Macon." Wikipédia
Plus d'informations sur le site du Hainaut

Dans cette ronde de noms, tous les voituriers tirachiens découverts dans les archives ne sont pas cités. Il faut dire que, pour certains, nous ne disposons que d'une mention, au détour d'un acte. Ceux qui laissèrent le plus de traces figurent presque tous dans cette liste.
Qui a été oublié dans ce marabout/ bout de ficelle des relations familiales ?
Deux voituriers thiérachiens: Firmin de Moussy et Jean Lefure, plus proches de la Picardie que du Hainaut.
Les deux Dupin, vrais voituriers mais faux Tirachiens puisque nés à moins d'une lieue de la forêt de Villefermoy.
Edme Tissot qui n'était pas originaire du Hainaut, mais de la Loire, l'Hôpital le Grand, pour être précis, et qui n'était pas voiturier au départ, mais scieur de long. On le retrouvera cependant à Momignies, comme les autres, ayant acquis en 1809 chariot et chevaux de Louis Meunier après en avoir emprunté la somme à Nicolas Joseph Pupin, tous deux voituriers thiérachiens...

Lien vers la page "Traces des voituriers"
Tableau récapitulatif "Liste des voituriers"
Première mention des voituriers dans les archives
Carte de localisation des voituriers
Relations familiales entre voituriers thiérachiens
Généalogie d'une famille de voituriers: les Nival
Retranscription d'actes notariés et autres documents

Qui, le premier, alla chercher fortune loin de Momignies, trouva du travail dans la forêt de Villefermoy, fit venir ses compagnons, sa famille, puis décida de quitter définitivement le Nord pour se fixer en Brie? Cela reste à découvrir. On peut remarquer, dans la liste des voituriers, quelques personnages autour desquels les autres semblent graviter: Nicolas Pupin, aux nombreux liens familiaux, qui prêtait de l'argent à ses compagnons; Charles François Nival père et frère de nombreux voituriers; un autre encore, Nicolas Joseph Colinet, s'il se trouvait en famille avec "Nicolas Denys Colinet, marchand de Bois pour la provision de Paris, Adjudicataire des Ventes ordinaires & extraordinaires de la Forêt de Crécy" en 1753. Le mystère reste entier et l'enquête est loin d'être close...

Ils ont quitté la région de Momignies, "humide région de bois, de sources et de marécages ... et peu gâtée par le soleil" comme la décrivait Jean Richepin, écrivain local séduit par l'errance des Romaniches établis en Thiérache.
En italique: extraits d'un article de François de Vaux le Foletier pour la Société d'Archéologie de Vervins et de la Thiérache

"Constamment éprouvés dans ce lieu de passages guerriers, les Thiérachiens ont été si misérables qu'ils nomadisaient au point que leur nom était devenu en Champagne synonyme de Bohémiens." Mémoires de la Société d'agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne 1964

En Thiérache et Hainaut, ce ne sont que "conflits meurtriers... massacre de la population et incendie de la bourgade... tueries, pillages, famine… les habitants sont touchés dans leur chair par la peste et la lèpre... passages des armées et les hordes de pillards sans foi ni loi ... pillent et brûlent la province du Hainaut... 15 à 2000 hommes, femmes, enfants périront sous le fil de l’épée... pillé, incendié et spolié de ses richesses... brûle et saccage tout sur son passage... pillées et incendiées... la population sera passée par le fer sans distinction de sexe, ni d’âge..." http://www.terascia.com/aubenton-chemin-des-invasions/

Engagement de 138 hommes en differens tems pour lille de Ste Catherine à la Louisiane appelles communement missisipiens.
Un autre déplacement de Thiérachiens eut lieu vers le Morvan de Vauban et Chastellux, nous aurons l'occasion d'y revenir plus loin.

A Momignies, les voituriers étaient nombreux, d'après un relevé des professions lors du mariage, entre 1779 et 1787: sur cent cinquante trois maris, quarante trois, soit plus du quart tenait des professions du charroi: 32 voituriers, 5 charrons, 4 maréchaux, 2 bourreliers. Ils voituraient aussi bien du bois que des pierres, du foin ou du minerai pour les forges. Il n'est pas fait mention de voituriers au long cours comme dans d'autres communes qui s'étaient spécialisées dans la vannerie, la clouterie de l'Avesnois, les sabots de Buironfosse... qu'ils menaient au loin.
Suivaient les métiers du bois, trente six hommes, ceux du textile, trente et un, sans compter les épouses, travaillant dans le tissu, en grande majorité: cent douze fileuses, douze couturières...
Les voituriers en surnombre ont dû chercher ailleurs l'ouvrage quand il est venu à manquer.

Près de deux siècles plus tard, Momignies et sa région souffrirent une fois de plus du passage répété des troupes, soit françaises, soit autrichiennes qui prirent et reprirent la région de Chimay entre 1790 et 1793. "Chacun sait les mouvements prodigieux qu'entraîne la nourriture d'une armée de cent mille hommes, même dans des lieux abondants. Chacun sait qu'on est placé, pour subvenir à son entretien, d'épuiser les pays environnants jusqu'à cinquante lieues à la ronde." 21 nivôse an IV
En plein sur un "couloir d'invasions", Momignies et les villages alentour furent ponctionnés à outrance, entre les pillages (les soldats français allèrent même jusqu'à organiser une brocante des effets dérobés)" et les réquisitions: " Quatre quintaux pesants de vache" pour Momignies, quatre mille paires de "souliers de fatigue" pour le canton de Chimay, rares et chers (3 à 4 journées de travail la paire) à une époque où les paysans se déplaçaient en sabots, Momignies en fournit quatre vingt huit, ainsi que du fourrage, des chariots, des barres de fer...
Par exemple, à Momignies, automne 1793: logement et nourriture de trente huit chevaux, livraison de neuf vaches et douze chariots; le 3 octobre 1793: un convoi de cent douze vaches, quinze aumailles (génisses) et dix boeufs. Le 23 octobre: douze pains, douze sacs d'avoine, une voiture de foin, vingt quatre pains de huit livres, 4.000 livres en numéraire; le 26 octobre, réquisition militaire de quarante moutons, vingt vaches et dix chevaux; le 27: quarante sacs d'épeautre, vingt vaches, vingt boeufs, 6.000 livres en monnaie; le 30 octobre, imposition de 130 couronnes de France que la commune emprunta au sieur Boutefeux, maître fabricant de bas; le 28 octobre: trois cents bottes de foin, cent trente livres de beurre; le 29 novembre: 3.000 livres en numéraire; le 3 décembre: deux cents bêtes à cornes, "sous peine d'être regardé comme contre-révolutionnaire." A fournir par un bourg qui comptait un peu plus de mille cent habitants avec le hameau de Macquenoise, et cinq cents habitants à Beauwelz.
On ne compte pas les réquisitions de pionniers, de voituriers et l'enrôlement de recrues quand Jemmapes devint un département français. Ni la journée du 13 juin 1794: "Venant de Chimay, les Sans Culottes se répandirent dans tous les villages.. Momignies était de nouveau pillé et saccagé... Les excès dégénérèrent en actes de cruauté. Le registre paroissial des décès en témoigne"
Parmi les sept morts: "Le 13 juin mil sept cent nonante quatre, est mort d'un coup de feu à l'invasion des Français Jean Baptiste Delchambre, voiturier, âgé de cinquante trois ans, époux de Marie Joseph Buisset."
Bansart, Baivier, Bouillart, Bourguignon, Colinet, Coupain, Danis, Delchambre, Deruelle, Hubert, Lainet, Ledoux, Mouart, Nival, Pourveur, Pupin... des noms de familles liées aux "Tirachiens " de Brie et que l'on retrouve parmi ceux qui ont dû subir les réquisitions à Momignies. On comprend aisément que certains voituriers aient choisi de se fixer dans un lieu plus paisible.

Documents sur cette période: André Leporcq "Momignies durant la période française"

L'insécurité poussa les Thiérachiens à construire, entre le 15ème et le 17ème siècle, les célèbres églises fortifiées, permettant le refuge de tous les paroissiens quand une horde de mercenaires était signalée. Soixante-cinq sont recensées en Thiérache.

Wikipédia: Eglises fortifiées de Thiérache

Au début du XVII° siècle, ce n'est pas l'église de Momignies qui est fortifiée, mais le cimetière qui l'entoure. Et il n'est pas rare de voir, sur une place de village comme à Beauwelz ou proche d'une manufacture -forge, verrerie..- une tour qui n'a rien de religieux: c'est un petit fort, destiné au refuge de la population.