es Clos

Nous possédons l'inventaire des Clos établi pour payer la rançon de Tristan de Maignelay, capturé à la bataille de Poitiers en 1356, alors qu'il portait la bannière du fils de Jean le Bon, duc de Normandie. Souvenez-vous:

"Père, gardez-vous à droite, Père; gardez- vous à gauche..."

"Jean le Bon, roi en 1350/1364 pour lequel une rançon de trois millions décus d'or était demandée; le roi, libéré, laisse en otage ses fils, le duc d'Anjou et de Berry. Le duc d'Anjou s'évade, la rançon énorme n'est pas versée: Jean II, le Bon, s'embarque de nouveau pour Londres, afin d'honorer sa parole de "loyal chevalier". Il meurt en captivité à Londres le 8 avril 1364".
Rois et reines de France, ed. Images

Le manoir des Clos, dont l'inventaire date de 1377, ne fut pas vendu comme d'autres propriétés de la famille Tristan, seigneurs de Maignelay en Picardie, au nord de Compiègne :

"Maignelay, bourg et terre d'un très grand revenu, possédée autrefois par des seigneurs qui n'avoient pas d'autre nom a passé dans la maison d'Halluin... Les possesseurs de cette belle propriété ont été les Tristan, connus sous le nom de Maignelay ... Un seigneur de la famille Tristan ayant été fait prisonnier avec le roi Jean à la bataille de Poitiers et conduit en Angleterre, fut obligé, pour payer sa rançon et les dépenses qu'il avoit faite dans sa prison, de vendre sa terre de Maignelay au seigneur d'Halluin,en Flandre."
Description du département de l'Oise Jacques Cambry, vers 1800

"Tristan de Maignelay, rançonné deux fois, a dû vendre sa terre du Marchais, en Brie, à Jean Poilevilain, pour l'usufruit et au gendre de celui- ci, Jean de Fleury, pour la nue propriété... "
Bibliothèque de l'école des Chartes, 1962 à propos du livre: La guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement. CNRS 1961

Marchais peut être un hameau de la Chapelle Véronge, devenue Chapelle Moutils, ou un lieu dit de Nangis, Bréau, Laval en Brie, Crisenoy, Marles, Montereau sur le Jard, Egreville, Achères, Chevry... à préciser !

 

 

Dessin d'élève
d'après diapo

 

L'Ostel appelé des CLOZ, si comme il se comporte, c'est assavoir une grant sale contenant trois chambres dessus et deux dessoubz à quatre cheminées dessubz et dessoubz.
Item, un grand grenier et étables dessoubz.
Une chapelle, cuisinne et despence dessus joignans aus dictes chambres et sale, couvertes de tuiles bien et souffisamment.
Item, une granche à dix travées couverte de tuile.
Item, le colombier tournant à eschièle à roue bien peuplé de colombs.
Item, une autre maison contenant deux chambres et une cave dessoubz à dix pas de degrez, couverte à tuiles.
Un gelinier et dessoubz une estable à mettre pourceaux, couvers de tuile, cloz à murs tout entour le pourpris et trois jardins emprès.

Archives nationales JJ 119 n°232 f° 145 cité par Siméon Luce dans "Du Guesclin" 1876

 

mise à jour décembre 2011

Retour à la page d'accueil du site