racine du site

Les métiers
à la Chapelle Rablais en 1836

En 1836, la Chapelle Rablais comptait 506 habitants: 146 garçons, 103 hommes mariés et 11 veufs (260 hommes) ; 125 filles, 101 femmes mariées et 20 veuves (246 femmes). Le chef lieu était beaucoup moins peuplé que le gros hameau des Montils: 150 pour la Chapelle Rablais, 273 pour les Montils, 21 à Frévent et 10 au Moulin (Ancien moulin, sur le plan ci- dessous), soit 304 habitants dans les hameaux, pour 52 dans les écarts: 13 au château des Moyeux, 12 aux Moulineaux, 6 à Tourneboeuf, 8 aux Farons (écrit Farrons, dans le recensement), 7 au Mée (écrit le Mez), 6 à Putemuse (Pucquemusse).

 

 

Propriétaires

 

Propriétaires résidant à la Chapelle Rablais: Deroussel à la Chapelle Rablais, Latour Maubourg au château des Moyeux, Nicolet au Mée.
La plupart des gros propriétaires ne résidaient pas à la Chapelle Rablais: Lesourt, maire de Guignes, possédant les Moulineaux, Rihouet, château de Champbrûlé, Ségur, Delorme, Trenet, Vauvert et Latour Maubourg détenaient 85% de la valeur des terres; cent trente petits propriétaires se partageaient le reste.

 

Cultivateurs
 
Les fermiers se distinguent des manouvriers: Enguerrant à la Chapelle Rablais; Fessard aux Moulineaux, Pecquenard, Gervais & Varache aux Montils, Decornoy à Tourneboeuf, Charbonnier aux Farons; Chaise, régisseur aux Moyeux.
 
Métiers de la terre
 
Un vigneron à la Chapelle Rablais: Saviard, un jardinier aux Moyeux: Roussel; des bergers: Courtois à la Chapelle Rablais, Lepage aux Montils, Pierrier à Tourneboeuf et Dalisse aux Moyeux.
Charretiers: Lemoust de la Fosse, Fleury, Lisle, Crenelet, Chéry & Garnier à la Chapelle Rablais; Garmond, Aubé, Charon, Charon, Lisle, Henry, Badoulet, Vallette, Garmond aux Montils sont recensés charretiers sans faire la distinction entre voiturier en bois et charretier de ferme.
 
Artisans
 

Charrons: Gambrelle, ancien charron & Lenoir, tous deux au chef lieu, comme le maréchal, Guérin père et fils & Coluche, apprenti maréchal, résidant à Frévent; maçons deux membres de la famille Dubreuil aux Montils; boulanger: Gibaux aux Montils; meunier, Félix aux Montils; tailleur: Zakaro au village, aidé de Masson, apprenti tailleur résidant aux Montils. Augustin Grillon était bourrelier en 1795, il n'y en a plus en 1836.
Une fille du maréchal ferrant, Guérin est blanchisseuse, une autre est couturière, comme Rousseau & Arluison aux Montils et Gabonne à Frévent.

   
Métiers de la forêt
 

Villars est scieur de long à la Chapelle (bien d'autres pratiquaient ce métier de manière saisonnière); trois Duplant sont sabotiers aux Montils; deux fendeurs de lattes aux Montils: Catoire & Carlier, un charbonnier aux Montils: Fourrey. Aucun bûcheron n'est signalé, malgré l'importance des forêts.

page "liste des bûcherons"

   
Négoce
 
Un seul "blatier" (Farinier, Grainetier, vendeur de blés et toutes autres sortes de grains Vieuxmetiers.org) aux Montils: Bony.
Deux vendeurs forains d'amulettes, les bagues de Saint Hubert, sont plus proches de la mendicité que de l'opulence: Valliers et Sylvie Fourrey.
   
Aubergistes
 
Picard & Rondinet, veuve Félix à la Chapelle se déclarent aubergistes, Panniot y est cabaretier. Aux Montils: Tancelin est cabaretier.
   
Domestiques
 
Monsieur Chastel habite à la Chapelle mais il n'est pas indiqué qui il sert, ni quelles sont ses fonctions: à la ferme ou au château? A part les domestiques des Moyeux: Genest, Delâtre & Masson, rien ne l'indique. D'autres hommes sont recensés comme domestiques: Huot au le Mée, Chevreux & Piche auxs Farons. Félix, Wallier sont dits "garçons", l'un d'auberge, l'autre de cour à la ferme des Moulineaux.
Mais les femmes constituent le plus gros des troupes anciliaires: résidant au village: mesdames ou mesdemoiselles Fassier, De Chavannes, Chenot, Brezillon, Masson, Desquins; aux Montils: Lahousse, Couillot, Brussier, Guirion, Fernet; au Mée: Huet; Chevreux et Piche aux Farons, aux Moyeux: Prieur, femme de chambre & Chaise, dame de charge; cuisinières: Chauvet & Chautin, aide de cuisine. Marguerite Ozouf est la nièce et la bonne du curé.
Jeunes gens et jeunes filles sont souvent placés comme domestiques de ferme avant d'atteindre l'âge -tardif- du mariage.
   
Gardes
 
Au chef-lieu, Caron & Félix (garde vente); aux Montils: Leconte, Coutant, Leroy, garde forestier & Lemoine, garde moulin; dans les hameaux: Tournecuillert, garde forestier à Frévent; Blanchard, garde au Mée. Joseph Voisembert des Montils était garde champêtre communal.
   
Manouvriers
 

A part quelques gros bras spécialisés: Levaux & Braconnier carriers, quatre Rousseau & Bertin, terrassiers, tous aux Montils, la plus grande partie des travailleurs est recencée comme manouvriers: Poussier, Guillotte, Auxerre, Bouiller, Guillotte, Picard père et fils, Gibert, Demay, Philippe, Delâtre, Auxerre, Rabourdin, Auxerre, Bardeaux, Saviard, Léglantier, Gibert, Leroy, Leroy, Guillemot, Panniot, Panniot, Panniot, Bardaux & Counot à la Chapelle Rablais. Léglantier et Catherine Bijard, veuve Delâtre étant signalés "journalières"
Aux Montils, on trouve: Foulon, Garmond, Masson, Foulon, Picard, Romaska, Argenton, Rousseau, Thomas, Thomas, Thomas, Gibaux, Fleury, Fleury, Maçon, Maçon, Léglantier, Bony, Hourseau, Damotte, Meslin, Tancelin, Coluche, Fourrey, Bouillard, Bouillard, Lisle, Pacon, Leterre, Brussier, Hourseau, Hourseau, Hourseau, Gallet, Hourseau, Chiquois, Hovet, Garmond, Gauchard, Vallette, Montheillard, Jouin, Bridou, Félix, Poullain
Dans les hameaux: Coluche, Boudvin, Gabonne & Lisle à Frévent, Bertin à Putemuse.

 

Et aussi...
 

Restent un instituteur au village: Mauguin, le curé Ozouf et un soldat aux Montils: Vallette .

 

 

 

Archives départementales, recensement de 1836, canton de Nangis 10 M 29, de la page 91 à la page 101
Les noms sont cités par métier, dans l'ordre du recensement

révision: novembre 2016