Provins le canal inachevé
Salm, grandeur et déclin

Recherches, iconographie: Michelle Marc
Transcritpion et choix des textes,iconographie,
mise en page: Jean Bernard Duval

Même si ce banquet d'apparat chez le prince de Salm, ci contre, se déroule chez le prince Louis Othon de Salm-Salm et non Frédéric III de Salm Kyrbourg, notre prince savait faire la fête:
1786: "La moitié de Paris accourut y étouffer l'autre... Il y avait tant de gens que le prince lui-même ne connaissait pas, qu'il me dit plaisamment: "Beaucoup de personnes qui sont ici peuvent aussi me croire invité au bal."
Mémoires du comte Alexandre de Tilly

"Il passait pour peu sûr au jeu, et il avait perdu des sommes immenses. On n'osait pas lui contester de l'esprit, mais on niait qu'il eût le sens commun."
Chroniques et légendes des rues de Paris. Édouard Fournier, 1864

"Frédéric de Salm-Kyrbourg ... prit part en 1787 au soulèvement de la Hollande, et se présenta dans ce pays comme un agent de la France ; mais il y mena une conduite équivoque et laissa prendre Utrecht par le roi de Prusse." Il joua un rôle important dans la république hollandaise pendant l'ére des Patriotes, probablement grâce à la médiation de Benjamin Franklin, qu'il devint commandant d'un régiment de hussards formé pendant la "Kettle war" en 1784. Le conflit se prolongeant, en 1786, le Prince prit part aux négociations avec Joseph II, empereur d'Autriche; en 1787 son régiment était au bord de la dissolution, faute d'argent; il organisa une collecte qui rapporta une somme considérable ! Il essaiera à nouveau cette technique pour l'Hôtel de Salm qui " fut mis en vente avec une loterie mais le moyen ne réussit pas et il dut le garder. En revanche, le Pavillon du roi trouva un preneur dans le frère d’un conventionnel, Charles-François Merlino-Giverdy. le 11 mai 1791."

En 1787, quand la maison d'Orange fut menacée, la Prusse intervint dans le conflit. Fin août 1787, on perd trace de Frédérik de Salm Kyrbourg, en fuite; il aurait pu se réfugier quelques mois chez Henry Hope, se trouver chez son frère dans le Palatinat allemand, autre part encore...

" La Révolution survint, et, comme tous les princes ou seigneurs ruinés, M. de Salm prit parti pour elle. Il se laissa faire capitaine de la garde nationale, afin qu'il fût dit que, né général d'armée, il avait au moins commandé une compagnie. Grâce à l'influence de La Fayette, qui l'avait quelque temps employé dans la rue Saint-Dominique, il parvint même à être commandant de bataillon. C'est en cette qualité, dit le Petit dictionnaire des grands hommes de la Révolution, que le vaillant prince de Salm, à la tête de 3,000 hommes, a fait la descente au cimetière des Invalides. Persuadé qu'il s'y tramait quelque nouveau complot, et que tout l'argent et les canons de France y étaient ensevelis, il y pénétra, armé de pied en cap. Il y combattit pendant cinq heures entières sans rien trouver contre les intérêts de la nation; et sa valeur contre les morts fit juger de sa douceur avec les vivants."

Le trépidant Prince mène une vie d'agent secret; son bon argent, quand il n'est pas dépensé en somptueuses demeures, sert à entretenir une légion dans une guerre lointaine.
A Provins, on s'impatiente, comme on s'impatientera encore en 1794: "Le cidevant Prince de Salm n'ayant point comparu à cette première assemblée, il en a été convocqué une seconde à laquelle il n'a pas non plus comparu quoique sommé de s'y trouver..."

Sous la Révoution, on peut lui trouver quelqu'excuse à ne point s'être présenté: "Le Prince de Salm fut arrêté le 13 germinal an II, et conduit à la maison des Carmes."

"Le prince ayant voulu émigrer, un malheureux hasard le ramena à Paris. Pris pour son cousin, le prince de Salm-Salm, il fut arrêté et jeté en prison. Bien que l'erreur ait été reconnue, il fut maintenu aux Carmes et guillotiné avec son ami, Alexandre de Beauharnais." Alexandre était l'amant de la soeur du Prince.

"Pour quel crime ? On l'ignora jusqu'à ce que, l'année d'après, le 5 thermidor, quarante-neuf détenus, dont il faisait partie, ayant été appelés devant le tribunal révolutionnaire comme complices d'une prétendue conspiration tramée dans la prison, Fouquier-Tinville fit savoir que "Salm, prince allemand, n'était, sous le masque du patriotisme, que l'agent caché de la coalition allemande contre la France."

"Le prince de Salm fut compris dans la fournée du 5 thermidor, An II, composée de 46 accusés, désignés sous les numéros 2423 à 2468, inclus. Le laconisme du jugement collectif mérite d'être rapporté:
"Séance du 5 thermidor, le tribunal, salle de la Liberté, a condamné à la peine de mort:
2432, Desalm Kirbourg, âgé de 48 ans, né à Limbourg, prince d'Allemagne, rue de Lille,
2449, Micel, âgé de 39 ans, né à Langres, coutelier
2465, Burk, âgé de 17 ans, né à Lorient, matelot,
2467, Valone, âgé de 25 ans, né à Limery, domestique, etc."

"Convaincus de s'être déclarés ennemis du peuple en participant aux conspirations de Capet, de sa femme, de ses ministres, des chevaliers du Poignard, aux crimes de Bailly et de la Fayette, en tentant d'ouvrir la maison d'arrêt des Carmes... en conspirant contre l'unité et l'indivisibilité de la République. Ont été exécutés les 46 ensemble, le jour de leur jugement, à la Barrière renversée (ci- devant Barrière du Trône).
Encore quatre jours, et le 9 thermidor les sauvait en perdant Robespierre!
"

extrait d'un Mémoire des Co associés au Canal de Provins du quatre prairial an deuxième, 23 mai 1794 Bibliothèque de Provins, fonds ancien ms 143
23 juillet 1794
HÔTEL DE SALM Palais et musée de la Légion d'honneur (D'après Chroniques et légendes des rues de Paris. Édouard Fournier, 1864)

Histoire de la Province du Montois par FA Delettre Nogent sur Seine, imprimerie de Raveau 1850

2 avril 1794
A. Sorel, le Couvent des Carmes sous la Terreur,1863

"Ulaan,Huzaar,Kurasier,Kanonier" de la légion de Salm en 1786 qui comprenait aussi Jager, Scherpschutter, Fusilier

Dans les années 1780, le Prince de Salm investit beaucoup dans les demeures de prestige. Il acquit du sieur Bouret le Pavillon du Roi, situé rue de Croix Fontaine à Seine Port, qui avait vu se dérouler des chasses en l'honneur du roi Louis XV.
" Il (Bouret) laissa une succession si compliquée qu'il fallut attendre sept ans pour que le Pavillon royal soit mis en vente. Ce fut Frédéric III de Salm-Kyrburg, prince du Saint-Empire, qui en devint acquéreur le 18 septembre 1784. Bouret avait trouvé en lui un héritier aussi dispendieux que lui. Ce prince, après avoir servi l’Autriche, était venu s'installer en France vers 1771 où il mena aussitôt grand train, mangeant peu à peu une énorme fortune." Le Pavillon du Roi fut revendu en 1791

Dominique Paladilhe, Seine-Port, son histoire, ses vieilles maisons, ed Amatteis

 

Entre 1782 et 1787, il se fit édifier un palais, incendié sous la Commune, puis reconstruit, qui est aujourd"hui le siège de la Légion d'Honneur, à deux pas du Musée d'Orsay. Le prince y engloutit une grande partie de sa fortune: " Cette pauvre petite principauté, dont l'armée, lisait-on dans la Petite histoire de France, pamphlet du temps, ne s'élevait pas à la moitié du quart de deux mille mâles, ne pouvait plus même être hypothéquée. Comment faire? Le rhingrave se souvint qu'il possédait trois ou quatre villages perdus dans un ravin des Vosges. Il les fit mettre aux enchères, et les sommes qu'il reçut s'allèrent engloutir dans la bâtisse du quai d'Orsay: Son dernier louis servit polir la dorure de quelque feston dans cette vaniteuse bonbonnière...
C'était à la fin de 1786; l'année d'après, l'architecte, pour se payer de ses travaux, avait acheté l'hôtel, et le prince n'y était plus que locataire ."

" Le Salm est ici, cherchant à tout vendre et à piaffer le baron de Breteuil soutient qu'il n'en a pas pour deux ans, et que l'hôpital sera sa fin..."

Lettre inédite de la marquise de Créqui août 1786
citée dans Chroniques et légendes des rues de Paris

Chroniques et légendes des rues de Paris.
Édouard Fournier, 1864

     Liens et navigation
 
  Suite: les dernières tentatives
  Page d'accueil du site
  Courrier
D. Paladilhe, Seine-Port, son histoire, ses vieilles maisons, ed Amatteis
D. Paladilhe, Seine-Port, son histoire, ses vieilles maisons, ed Amatteis
Wikipedia
The Vinkhuijzen collection of military uniforms